Partagez | 
 

 Uair San Ràith [Blueberry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Uair San Ràith [Blueberry]   Mar 20 Déc - 10:01

Les festivités allaient prendre fin. Du moins c'est ce qu'en avait comprit Selina qui avait eu des avis partagés. Pour certains la fête de ce soir annonçait la fin de la foire là où d'autres ne voyaient aucun liens et pensaient simplement que la ville fêtait un autre événement.  Certes, notre jeune femme aurait pu se renseigner plutôt que de laisser ses oreilles écouter les nombreux ragots qui volaient dans le salon de l'auberge. Mais elle n'y avait pas vu de grand intérêt. Monsieur Parker n'avait eu de cesse de lui demander de corriger ses histoires comme ses articles. Oh, le voir enfin actif faisait plaisir à notre dame mais sûrement aurait-elle préféré qu'il lui laisse un peu plus de temps pour ses propres écrits. D'autant qu'il n'avait eu de cesse en deux jours de l'envoyer un peu plus loin que la ville, discuter avec les fermiers de ces fameux vols  de bétails qui faisaient rages dans la région.

C'était Ethel qui, après lui avoir répondu à quelques questions et avoir tout autant interroger la jeune écossaise, lui avait demandé ou plutôt imposé de venir à la fête de Coloma. Selina, qui n'avait jamais été à l'aise en société,avait tout d'abord décliné l'invitation. Loin d'être idiote, la fermière avait fini par attiser la curiosité de la journaliste en lui affirmant qu'il serait intéressant pour son savoir de connaître comment on s'amusait dans l'Ouest Américain. Et notre scientifique avait fini par se faire prendre.

Il ne lui avait pas fallu longtemps avant de se sentir gênée parmi toute cette foule. La plupart des personnes qui étaient venues la saluer lui avaient semblé plus sincères et chaleureuses que les danseurs des soirées mondaines. Comme à l'accoutumé, notre jeune femme avait cherché du regard une table pour s’asseoir et observer ceux qui s'amusaient. Une était encore libre et notre Selina allait se poser quand on l'attrapa à la taille. Elle du baisser les yeux pour découvrir le visage souriant de la petite fille d'Ethel. Kiara...Sûrement l'a t'on autorisé à venir s'amuser un peu et ne plus penser à l'école, si elle y va, et au travail à la ferme.

"J'suis heureuse de vous voir Mademoiselle Forbes. Mémé était sûre que vous viendrez."

Selina n'avait jamais détesté les enfants, loin de là, mais ils la mettaient encore plus mal à l'aise qu'un troupeau de snobinardes mesquines. D'autant que la petite semblait l'apprécier. Ce qui la flattait, mais si! Mais notre scientifique ne connaissait aucune théorie sur les petits et encore moins comment s'adresser à eux. Il lui avait semblé faire une grave erreur lors de leur voyage en voulant les instruire sur les reptiles et la jeune femme craignait d'en commettre une autre.

"Votre singe est avec vous?"

"Ce n'est point un endroit pour un capucin. Il prendrait peur et finirait sûrement par mordre quelqu'un."

"Vous ne l'emmeniez pas à vos bals d'ouverture de saison?" et voyant la mine surprise de l'écossaise devant tant de savoir sur son univers, la petite s'empressa d'ajouter "J'ai lu ça dans un livre."

Bon, peut-être que notre amie avait fini par trouver quelqu'un avec qui discuter et ne pas rester seule ce soir? Et Selina se moquait éperdument si cette dernière ne dépassait pas son épaule.Elle n'avait pas souvent de compagnie intéressante lors de fêtes quelconques.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Jeu 22 Déc - 11:42

Ce soir il y a bal, et ces dames, épouses de ces humbles commerçants installés ici à Coloma bien avant mon arrivée, ont insisté pour que j’y aille. Qui sait ? M’ont elles dit,  j’y trouverai peut-être une jolie demoiselle à épouser. Et puis un shérif se doit de représenter sa ville dans ce genre de manifestation. Ce dernier argument a eu raison de moi, bien plus que, on s’en doute, l’envie d’y trouver épouse. J’ai déjà été marié autrefois, et pour l’instant j’ai autre chose à penser à qu’à remplacer Grâce. Peut-être que le jour où j’aurai terminé ma quête.  Mais ce jour me semble encore lointain car je n’ai pas encore eu l’occasion de reprendre mes recherches.

En attendant, il me faut plier aux obligations des membres respectables de cette petite société de l’ouest, et me préparer pour cette soirée. Je troque mes vêtements de la semaine, contre une chemise de coton d’un blanc impeccable et ais acheté pour l’occasion, et pour d’autres qui suivront sans doute, un costume au tailleur du coin. Noir d’une coupe excellente et très élégant, il est complété d’une lavallière de soie d’un gris clair, assorti à mes yeux pour reprendre les termes du tailleur, ainsi qu’un gilet comme c’est la mode de nos jours où j’y accroche une jolie chaîne à ma montre à gousset qui elle a juste besoin d’un petit coup de chiffon, le seul héritage que j’ai conservé de mon père. Je me sens un peu étriqué dans ces vêtements, mais le petit homme qui m’a conseillé, assure que c’est ainsi qu’il faut les porter. La tâche n’a pas été simple pour lui de me trouver des vêtements, je ne suis ni petit ni freluquet, mais il a fini par me trouver ce qui convenait.

Et bien sûr avant d’enfiler ces vêtements tout neuf, il m’a fallu plier tout de même à un bon bain et récurage en force, puis un passage chez le barbier s’en est suivi et l’homme s’est occupé de tailler un peu ma tignasse indisciplinée que j’ai fini par lisser sur mes tempes et le haut de mon crâne avant d’admirer le résultat final dans un miroir. La barbe est nette et proprement taillée, et me voilà donc paré à me rendre à ce bal. Ce n’est pas une première pour moi étant-donné qu’autrefois quand j’étais marié, et propriétaire de ma plantation, il y avait régulièrement des banquets et réceptions organisés par nos chers voisins et que j’ai dû apprendre jeune à savoir me déplacer avec aisance sur une piste de danse. Sauf que ce soir, je me sens nerveux et plutôt tendu. Ca fait très longtemps que je n’ai plus joué les hommes de la bonne société. Quoique ici, ce n’est pas Boston ou New York mais juste une toute petite ville de l’ouest des nouveaux Etats-Unis.

Je m’approche de la place de la ville où pour l’occasion, on a construit un plancher de bois qu’on a recouvert d’un toit au cas où la pluie se mettrait à tomber. Des guirlandes de lumières ont été accrochées un peu partout et les musiciens jouent déjà une musique joyeuse et entraînante. J’aperçois alors de l’autre côté, là où on a installé des tables, un visage qui m’est familier et esquivant les regards qui me scrutent et les visages qui se font curieux, je me dirige vers elle afin de la saluer.

Je grimpe les quelques marches pour accéder à la grande salle de balle improvisée, et j’avance vers elle, m’arrêtant à quelques mètres tandis qu’elle est occupée à parler à une fillette :


- Bonsoir Selina. Une ombre de sourire éclaire mon visage, tandis qu’elle me regarde à son tour. Et je salue la demoiselle en m’inclinant devant elle : Mademoiselle Keira. Ces manières la font rire, et j’attends le verdict de Selina dont je sens le regard me détailler de la tête aux pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Jeu 22 Déc - 20:52

Les yeux de la petite brillaient autant de malice que de bonheur. Tout du moins, c'était la déduction de notre amie qui pensait avoir légèrement cerné la demoiselle lors de ses quelques passages à la ferme. D'autant que la petite était venue la voir à maintes reprises au journal dès qu'elle était de passage en ville. Ou sortait de l'école, notre scientifique n'avait jamais osé lui poser la question de peur d'être déplacée. Mais Keira savait lire alors sûrement devait-elle avoir une institutrice. Qui aurait-du lui apprendre à avoir de meilleures lectures. Oh oui, ce n'était point un jugement sympathique mais même si aucun titre n'avait été précisé, l'Ecossaise devinait que la petite parlait sûrement d'un de ces romans sentimentaux qui plaisaient tant aux jeunes filles. Keira n'était-elle pas trop jeune pour lire pareils ouvrages? Enfin, Selina se souvenait avoir lu des livres plus audacieux vers ces mêmes années. Peut-être que la petite-fille d'Ethel avait elle aussi une drôle de cousine.

"Vous n'avez pas de fourrure?" continua de s'étonner la demoiselle, toujours accrochée à la taille de la journaliste.

"Le temps ne se prête pas vraiment à un tel vêtement."

Et Selina avait estimé, tout autant que Marie qui s'était faite une joie de l’aider à s'apprêter pour la soirée. Pas de cape de mousseline ou de vison pour une fête qui n'avait rien des festivités de la haute société. L'aubergiste lui avait confirmé qu'ici, on cherchait simplement à s'amuser et non à montrer l'importance de son compte en banque. Un point qui ne déplaisait pas à notre jeune femme qui avait donc préféré mettre sur ses épaules que sa robe de satin émeraude ne couvrait aucunement, un simple châle de la même teinte. Un bijou en forme de fleur égayait son chignon.

Keira commença à ouvrir de nouveau la bouche, sans aucun doute pour lui poser encore une myriade de questions, quand une voix masculine attrapa leurs attentions. Le sourire de notre amie s'agrandit alors, tandis qu'elle observait l'homme qui venait de les saluer.

"Vous avez un petit quelque chose de différent, Blueberry. Il va falloir m'aider, j'ai du mal à voir exactement ce que c'est." et sentant le regard et le sourire moqueur de Keira, Selina fini par lui demander si elle pouvait leur chercher à boire. Ce qu'elle s'empressa de faire non sans avoir lancé une oeillade pleine de sous entendus. Si même les gosses s'y mettaient...

"Votre côté ours...Où est-il? Je me moque mais j'admire votre exploit. Je n'ai pas réussi à me débarrasser de mes plus vilains aspects. Je suis prête à prendre le pari que je me dispute avec quelqu'un d'ici une ou deux heures. Peut-être vous, Shérif?"

Son sourire ne pouvait être plus rayonnant. La présence de Blue était des plus appréciables tout autant que celle d'un bel homme même si elle se serait garder de le dire. Par éducation. Ou timidité...Mais elle s'admettait que le Shérif était des plus élégants habillé ainsi et sûrement ferait-il tourner des têtes à des demoiselles ce soir. Du moins celles venues ici pour trouver un bon parti et les autres tout aussi bien.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Mer 28 Déc - 1:42

J’ai un léger rire, bien que je me sente un peu emprunté, et je remarque bientôt d’autres regards sur nous, regards curieux et avides de nouveaux commérages sans doute. Selina plaisante gentiment et cette fois je ne m’en offusque nullement :

- Oui, je me doute que mon allure ce soir détonne un peu de cet ours que vous avez été habituée à voir. Mais je peux déjà vous rassurer, ces habits regagneront ma malle dès que je serai rentré.  

Je regarde la gamine disparaitre pour aller chercher les boissons réclamées par Selina, avant de reporter mon attention sur elle. Elle me dit qu’elle admire mon exploit et me parle d’un pari qu’elle est prête à prendre qu’elle se disputera bientôt avec quelqu’un, peut-être avec moi. Je la dévisage et je lui réponds d’un ton tranquille.

- Je trouve au contraire que vous êtes très en beauté ce soir Sélina et je suis certain que je ne verrai rien de ces vilains aspects dont vous me parlez. Quant à nous disputer, peut-être que vous me gronderez si j’ai le malheur de vous marcher sur les pieds ?

Je m’approche et je me penche en présentant mon bras.

- M’accorderiez-vous cette danse mademoiselle ?

Mon regarde sonde le sien un instant avant de l’inviter d’un coup d’œil à regarder autour de nous, et à remarquer l’attention dont nous sommes le sujet. J’affiche un léger sourire, comme pour lui rappeler notre dernière conversation ou comment on peut faire jazzer les gens, en manquant quelque peu aux convenances. Elle se lève et je l’attire alors tout contre moi, bien au-delà des codes autorisés, un bras soutenant sa taille et l’autre sa main, avant de l’entraîner vers la piste.

- Est-ce que vous aimez danser ?

Je verrai alors s’il y a lieu de l’entraîner dans une de ces gigue endiablées ou de me contenter de cette marche tranquille qui nous est proposée pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Mer 28 Déc - 22:26

"N'en soyez pas désolé. Même avec votre air grognon et votre manteau de cowboy vous restez un homme plaisant. Hier encore, les amies de ma logeuse, les plus jeunes, parlaient de vous. Juste de vous..." son regard pétilla "Je me suis permise de laisser traîner mes oreilles. Et avant que vous ne m'accusiez de devenir une commère, je n'avais rien d'autre à faire. Je pense d'ailleurs observer ces piailleuses comme on observe une nouvelle espèce animale. Peut-être arriverais-je à les comprendre...Voire à intégrer quelques codes sociaux."

Notre amie aussi se laissait parfois penser, après avoir pu croiser le Shérif, qu'il était effectivement loin d'être l'homme rustre et détestable qu'elle avait pensé rencontrer lors de leur voyage jusqu'à Coloma. Puis Selina finissait par chasser ses idées de son esprit. Il ne manquerait qu'elle se prenne un peu trop au jeu dans lequel ils s'étaient tous deux lancés et elle finirait par être une ridicule petite idiote. Toutefois, le compliment lui arracha un nouveau sourire radieux même si une part d'elle lui affirmait que Blueberry ne cherchait qu'à faire jaser les curieux. Tout comme lorsqu'il l'invita à danser. Proposition plaisante qui pourtant, fit monter une angoisse chez notre demoiselle.

"C'est moi qui risque de vous marcher dessus. Je suis une piètre danseuse et le manque de coordination entre mon esprit et mes jambes finira par vous agacer."

Selina n'avait jamais été mauvaise danseuse. Elle n'avait simplement pas été la meilleure élève lors des cours à l'internat et il lui avait fallu bien de l'obstination pour réussir à se hisser au même niveau que ses camarades. Mais jamais les pieds d'un danseur n'avaient été piétinés par notre journaliste qui, après avoir suivi le regard de Blueberry et remarqué les ragoteurs, avaient fini par se lever pour rejoindre la piste.

"Vos boissons, je les pose sur la table Mademoiselle Forbes."

"Merci. Attends." Selina avait enlevé son châle de soie pour le poser sur les épaules de la fillette "Peux-tu me le garder?"

"Vous n'allez pas avoir froid?" s'inquiéta la demoiselle qui malgré l'appréhension de devoir surveiller tissu d'aussi bonne qualité, semblait tout autant excitée de le posséder quelques heures.

"Ne t'inquiètes pas de ça. Je viens d'un pays où la pluie vient nous taquiner régulièrement. On apprend rapidement à ne pas être frileuse. L'homme sait s'adapter à son milieu, comme les bêtes."

Et la gamine n'argumenta pas plus. Après un dernier remerciement, elle fonça parmi la foule sans nul doute pour partir montrer l'étole à sa grand-mère ou quelques amies. Selina reporta alors son attention sur le Shérif qui ne tarda pas à l'entraîner parmi les autres danseurs. Ses doigts vinrent remettre en place l'unique cheveux rebelle de la chevelure de Blueberry avant de se poser sur son épaule.

"J'aime danser, Blueberry mais je ne suis guère douée. N'hésitez pas à me le dire quand mon manque de talent commencera à vous insupporter. Même s'ils seront friands d'une dispute entre nous, j'aimerais vous voir me raccompagnez jusqu'à ma chambre ce soir."

Non, Selina n'avait rien de mal intentionné en tête. Juste l'envie de passer la soirée à discuter ou danser avec Blueberry et apprécier sa compagnie jusqu'à la fin. Mais son attention n'était plus vraiment sur ses paroles qui s'échappaient sans aucun contrôle de ses lèvres. Le regard souriant d'Ethel, que l’Écossaise avait pu apercevoir en tournant légèrement la tête, la mettait tout aussi mal à l'aise que les autres paires de yeux posés sur eux. Le Shérif avait eu raison...Les gens se moquaient des morts qu'ils pouvaient y'avoir dans cette ville en pleine expansion.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Dim 1 Jan - 20:41

Selina a toujours le chic pour me dire des trucs qui me surprennent et me laissent sans voix, des mots qui, si je ne la connaissais pas un peu mieux à présent, m’auraient fait grincer des dents. Ais-je vraiment un air aussi grognon que ça ? Mouais sans doute. Je n’ai jamais fait d’effort pour paraître sympathique, sauf avant la guerre. Mais depuis, tout a changé. Je laisse la sympathie aux autres et éventuellement je garde les sourires pour les filles. Mais ils sont rares, parce que ouais je ne suis pas non plus quelqu’un de souriant. La vie vous transforme parfois malgré vous et ma quête ne m’a pas amélioré loin de là.  

Du reste tandis qu’elle parle d’observer ces piailleuses comme elle dit, telle une nouvelle espèce animale, je ne manque pas de rire, doucement un rire discret qui transforme toutefois mon visage.


- Vous aimez bien les animaux on dirait, et … les observer aussi. Ce n’est pas la première fois que je vous entends en parler. Bien sûr je ne parle pas de votre singe.


Je parle plutôt de la fois où après avoir trop bu, je me suis montré trop direct et qu’elle a assimilé mes avances à des pulsions animales, ce qui ne m’avait guère plu. Elle me parle alors de sa maladresse et je me demande si c’est cette vieille blessure à la jambe qui la dérange. Je m’empresse alors de la rassurer.

- Ne vous inquiétez pas, si vous faites un faux pas, je vous retiendrai, vous n’avez qu’à vous accrocher, je me charge du reste.

Je la regarde ensuite retirer son châle pour la confier à Keira et mes yeux découvrent un spectacle qui les fait briller d’un nouvel éclat. Selina est une belle femme contrairement à ce qu’elle semble penser et je ne suis pas insensible à sa beauté. Toutefois sa nouvelle comparaison aux animaux me fait sourire. Puis je l’entraîne vers la piste, plaçant mon bras sur sa taille, ma main saisissant délicatement la sienne, et je commence quelques pas doucement, veillant à la guider pour qu’elle puisse m’accompagner sans risquer le faux pas. Je sens sur nous un tas de regards attentifs, avides de nouveaux ragots, et d’autres plus envieux, des jeunes femmes qui auraient sans doute aimé être invitées à la place de Selina. Selina qui me parle encore une fois de son manque de talent alors je lui murmure :

- laissez-vous faire, avant de la dévisager, regards gris plongeant dans ses yeux bruns. Je vous raccompagnerai quoiqu’il arrive. Ces mots résonnent d’une promesse sous entendue qu’elle comprendra ou non.

La musique change soudain de rythme et avec un sourire en coin, je la saisis plus fermement, la plaquant contre moi, la soulevant pratiquement pour la faire tournoyer, et encore et encore, avant de la laisser retrouver son équilibre et un rythme plus calme.


- Vous voyez, vous vous en sortez magnifiquement bien.

Une autre danse suit celle-ci et une autre encore, avant que je ne la laisse se reposer un peu.

- Puis-je vous offrir à boire ? Je crois qu’ils ont fait du ponch là-bas, ça vous tente ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Lun 2 Jan - 10:41

Son genou la lançait légèrement. Selina, qui n'avait en aucun songé qu'on pourrait l'inviter à danser, n'avait pas pensé à mettre un bandage pour le soutenir. Oh, la douleur n'était pas immense, ce n'était qu'un reliquat de ses vieilles blessures. Et notre jeune femme aurait craint de l'abîmer si elle n'avait pas eu l'esprit ailleurs. Son sourire ne quittait plus son visage et elle se surprenait à apprécier la danse tout autant que la proximité de leurs deux corps. Elle ne se souciait guère des regards envieux, moqueurs ou critiques. Même si Blueberry ne cherchait qu'à s'amuser de l'opinion publique, la journaliste s'amusait et estimait qu'elle méritait de s'alléger l'esprit. Les jours avaient peut être défilés, mais le souvenir de la mort d'Henry dont elle en était la cause l'hantait encore régulièrement. Les paroles du Shérif, lui promettant de la raccompagner la soulagea et l'intrigua. Quoi qu'il arrive? À quoi pensait-il donc?

Quelques danses s’enchaînèrent avant qu'ils ne s'arrêtent. L'effort avait rougi les joues de notre amie qui tentait de s'éventer de sa main à défaut d'avoir prit un éventail. C'est avec plaisir qu'elle accepta l'offre de Blueberry avant de partir s’asseoir à une table vide en décidant de l'attendre. Les danseurs continuaient de s'épuiser tandis que les moins courageux continuaient de discuter entre eux. Il ne tarda guère à revenir et elle le remercia, ravie qu'il soit à nouveau avec elle.

"Je réfléchissais à votre remarque. Effectivement, j'aime les animaux. Je suppose que je les comprend mieux que mes propres congénères." son regard se posa sur quelques demoiselles qui regardaient dans leur direction "Et je semble être plus facilement appréciée des petites bêtes que des autres dames."

Elle bu quelques gorgées  du breuvage observant les piailleuses. Allaient-elles être comme ces dames  de la haute société, qui lorsqu'elles étaient mécontentes de voir ce qu'elles supposaient être une rivale, se montraient des plus mesquines?Une ancienne petite voix, de celle qui aspirait à la tranquillité, lui souffla d'arrêter leur petit jeu. L'intégration à Coloma avait été excellente malgré sa drôle de personnalité et il serait idiot de se retrouver détesté pour un simple jeu. Mais une autre, qui avait fini par s'agacer de tant de mesquinerie et de s'effacer devant les langues de vipères, laissa Selina prendre la main du Shérif. Elle plongea ses yeux dans ce regard gris qui lui semblait bien moins sévère ce soir.

"Vous êtes un excellent danseur Blueberry. Si vous voulez partir à la recherche d'une meilleure partenaire, je comprendrais. "

Selina se rendit compte qu'elle n'en avait guère envie. Mais il serait sûrement stupide, voire égoïste de sa part de vouloir garder l'exclusivité de la compagnie du Shérif.

"D'autant que vous risquez d'en décevoir plus d'une si vous restez seulement avec moi. N'êtes-vous pas dans l'obligation d'assurer le bonheur de chacun des habitants de cette ville? "

Un sourire amusé s'était affiché tandis qu'une lueur complice venait faire pétiller son regard.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Mar 3 Jan - 14:59

Je m’installe sur la chaise juste à côté d’elle, après lui avoir tendu un verre de ponch, et je l’écoute me dire qu’elle comprend mieux les animaux que ses propres congénères. Mais en même temps quand je regarde ces jeunes femmes qui nous observent et qui minaudent dès que je pose les yeux sur elles, je préfère nettement Selina, même avec son caractère bien trempé. Au moins je sais qu’avec elle, rien ne sera jamais conventionnel et l’étiquette et les conventions, très peu pour moi.

Alors à sa remarque sur le fait qu’elle est plus appréciée des petites bêtes que des autres dames, je réplique, mon regard rivé au sien.


- Des grosses bêtes du genre ours aussi alors. Car moi je vous apprécie Sélina. Et je  pense concernant ces idiotes qu’elles vous envient plus qu’elles ne vous méprisent.

Aussi quand elle me suggère de trouver une autre cavalière, soit-disant que je suis trop bon danseur pour elle, je refuse,  serrant doucement sa main délicate dans la mienne plus rude.

- Merci, je suppose que je dois aussi remercier ma mère qui a tenu à m’apprendre à danser dès que j’ai eu dix ans. Elle me disait toujours que c’était important pour faire partie de la bonne société et ….aussi pour plaire aux filles.

J’ai un sourire en lui avouant ce petit détail, et j’ajoute plus sérieusement :

- Je ne veux pas d’autre cavalière ce soir, mais si votre genou vous fait trop souffrir, alors je vous tiendrai compagnie ici à cette table. A moins que vous ne préféreriez rentrer ? N’hésitez pas à me le dire. Moi je ne suis ici que pour me montrer un peu et … pour vous aussi, Selina.

Quant à sa dernière remarque, je ne peux m’empêcher de rire, un rire qui agite doucement mon corps mais sans être trop marqué. Et mon regard brille tandis qu’après avoir regardé autour de nous, je reviens à elle.

- Elles sont déjà déçues je crois de voir que je vous accorde toute mon attention. Et quand à leur bonheur, Dieu merci, moi je ne suis responsable que d’assurer leur sécurité. Sinon je crois que je m’enfuirai tout de suite !

Je ris encore doucement avant de tendre mon autre main vers son visage.

- Que souhaitez-vous faire à présent Selina ?

Ma main frôle sa joue, mon pouce la caresse doucement avant de laisser retomber mon bras, guettant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Mer 4 Jan - 9:17

Son regard se fit surprit quand le Shérif lui affirma l'apprécier. C'était bien la première fois qu'on lui faisait pareille déclaration. Et jamais notre jeune femme n'aurait songé qu'elle aurait pu venir d'un homme qu'elle avait méprisé et insulté lors de leur première rencontre. Quand à sa présence à ses côtés ce soir? Simplement pour faire jaser les langues acérées de la ville! La journaliste avait pensé que Blueberry se faisait légèrement violence pour la supporter et pouvoir ainsi s'amuser des rumeurs qui avaient été rapidement ébruitées à leur sujet. Une douceur chaleur, confortable, commença à l'envahir. Sûrement l'effet de ce ponch qui était un peu trop corsé.

"Ma mère pense pareil. Une bonne danseuse trouvera forcément un bon partenaire! Sauf que je devais aussi apprendre à sourire et à me taire. J'ai tenté de cacher mes dents et d'être encore plus volubile qu'à l'accoutumé mais je suppose que ma fortune faisait pardonner ces vilains défauts et attirait plus d'hommes intéressés que je ne l'aurais souhaité."

Elle eu un petit rire. Sa vieille mère lui avait donné bien des conseils pour trouver un époux avant de se rendre compte que ce n'était point Selina qui déplaisait à la gente masculine mais plutôt sa fille qui fuyait les riches hommes d'affaires qu'on souhaitait tant lui présenter.

"Ce ne sont pas vos qualités de danseur qui devraient attirer les dames, Blueberry. Vous êtes un homme exceptionnel." et son visage afficha une mine taquine "Une fois que l'on a dépassé nos préjugés et accepter d'apprendre à vous connaître."

Une sensation étrange mais non inconnue la prit au ventre lorsque le Shérif affirma qu'il ne voulait pas d'autre cavalière tout comme lorsqu'il lui signifia qu'il était venu en parti pour elle. La raison de Selina, qui pourtant se faisait souvent absente vint toutefois la calmer, l'obligeant à revenir sur terre.

"Pour me voir? Oh...oui...Pour les faire parler. Je pense que nous avons réussit mais je crois que je ne pourrais me départir de mon nouveau surnom de Catin du Shérif."

Son rire fusa à nouveau et elle se surprit à vouloir venir goûter aux lèvres de son ami quand sa paume vint caresser sa joue. Elle se leva doucement pour éloigner son visage de celui de l'homme qui l'attirait tant ce soir. Toutefois, sa main garda celle du Shérif dans la sienne.

"J'ai besoin de m'aérer. M'accompagnerez-vous dans une promenade? J'avais l'habitude de faire quelques marches à la fraîcheur du clair de Lune mais j'évite de sortir seule le soir à présent. Puis, si cela peut vous convaincre de me tenir compagnie, je suis sûre que l'on fera parler de nous si nous nous enfuyons de cette fête ensemble."

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Jeu 5 Jan - 21:35

J’affiche un sourire amusé, me disant que pour les filles, ça ne doit pas être vraiment pareil mais… je ne souhaite pas la contrarier, surtout si c’est sa mère qui le lui a dit. C’est que Selina a du caractère, je ne voudrais pas gâcher cette… comment dire ? drôle de relation entre nous par une parole malheureuse. Mais mon sourire se transforme en grimace tandis qu’elle me fait part de ce qu’elle était sensée apprendre et qu’elle n’a pas su apprendre.

- Vos dents ? pourquoi les cacher ? les coutumes pour les filles sont parfois étranges, enfin, je dirais même, souvent étranges. Je ne comprends pas ce besoin de vous inculquer des choses aussi stupides. Quant à vous taire, oui je suppose qu’ils ont dû avoir du mal à tenter de vous l’enseigner.

Je ris avec elle, lui adressant un clin d’œil pour bien lui faire comprendre que je la taquine. Surtout qu’elle vient de me faire un énorme compliment. Je la dévisage, regard légèrement perplexe, sachant qu’elle était loin de penser cela au départ, ce qu’elle finit de m’expliquer. Mon sourire disparait et j’affiche à nouveau cet air fermé qu’elle m’a découvert lors de notre première rencontre, en affirmant avec fermeté :

- Vous vous trompez Selina ou plutôt votre premier avis était le bon. Je ne suis pas un homme exceptionnel, je suis même un homme peu recommandable et si ces idiotes connaissaient mon passé, elles vous garderaient de m’approcher. Sauf que…. les gens se fient à cet insigne qui suffit à faire de moi un homme bien.

Bon fin des confidences pour ce soir, c’est du reste la première fois que j’en parle à quelqu’un. Alors quand elle me parle de son surnom, je fronce un peu plus les sourcils et gronde, les mâchoires crispées :

- On a osé vous surnommer ainsi ? Qui donc ?

Mon expression cille, virant à la colère puis à la contrariété tandis qu’un tic nerveux agite ma mâchoire.

- Ce sont une belle bande d’imbéciles,
grogne-je avant d’expirer furieusement. Je suis navré Selina, je pensais vous aider en vous proposant de leur laisser croire que nous étions ensemble, mais … je n’admettrai pas qu’on vous insulte encore.

J’inspire profondément avant de me lever et de l’aider à en faire de même, puis nous nous écartons de cette salle de bal improvisée pour nous éloigner dans la nuit.

- J’aimerai autant qu’on évite de parler de nous si c’est pour dire du mal de vous. Moi je me fiche bien de ce que pensent les gens, mais je n’ai pas envie qu’ils vous manquent de respect à vous Selina.

Je cesse de marcher, lui ayant offert mon bras pour qu’elle puisse s’y appuyer autant qu’elle le souhaite, et lui fais face.

- Si j’entends un seul commentaire à votre sujet, je vous assure que je leur en ferai passer le goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Jeu 5 Jan - 22:30

L'alcool, dont notre amie n'avait jamais réellement eu l'habitude quoi qu'elle pouvait affirmer, la rendait légèrement plus euphorique. Deux verres ne la rendaient aucunement ivre mais assez joyeuse pour ne point s'offusquer de voir Blueberry quitter son sourire et reprendre sa mine d'ours mal léché. D'autant que notre demoiselle comprenait étrangement que cette mine renfrognée ne lui était aucunement adressée. Du moins, elle l'espérait.

"Vous avez passé plus de deux heures en ma compagnie sans lever la main sur moi. Malgré certaines menaces. Je suppose que cela me suffit à vous considérez comme un homme bon. Enfin...La plupart des membres de la gente masculine qui s'affirment irréprochables et bonnes âmes ne le sont pas autant qu'ils aiment le faire croire. Voyez j'ai..."

Ses lèvres se stoppèrent. Selina allait lui parler d'un mauvais souvenir mais l'éthanol était encore trop peu présent dans son être pour qu'elle se laisse à aller ennuyer ce cher Blueberry avec des pans de son passé.

"Mes premières impressions étaient faussées par mes angoisses et d'autres ignobles traits de mon caractère. Et je vous prie, Blueberry, de pardonner les tourments que j'ai pu vous faire subir lors de notre arrivée à Coloma. Quand à me garder d'être en votre compagnie car votre passé est trouble...Je pense que je suis la seule à pouvoir décider des amis que je souhaite me faire et garder."

Selina accepta le bras que le Shérif lui proposait. Elle le laissa parler, l'écoutant attentivement. Voilà qu'elle avait réussi à le faire redevenir grognon par des paroles qu'elle avait pourtant voulu banale. Décidément, notre journaliste n'était vraiment pas faite pour les relations sociales.

"C'est partie d'une amie de mon aubergiste. Toujours la même mais quelques habitués du saloon on étrangement été mis au courant. Par son mari, je suppose?"

Il s'arrêta soudainement devant elle, et elle lui rentra dedans. Après quelques excuses, l'Ecossaise afficha un doux sourire tandis qu'elle vint caresser le visage de Blueberry avec tendresse.

"Laissez-les parler. J'en ai assez de me sentir blessée par des colifichets grotesques. La Cinglée, L'Illuminée, La Catin...Je fais collection. D'autant que je ne suis guère sûre de mériter qu'on me défende avec ferveur même si je ne peux que vous remercier et me sentir touchée par autant de...sollicitude?"

Blueberry s'inquiétait-il vraiment pour elle et son honneur? L'idée lui paru étrange mais loin d'être déplaisante.Son regard s'illumina à nouveau.

"Et puis, je me sens honorée d'être votre catin. Ce que je n'aurais pu affirmer s'ils avaient pensé que j'étais l'amante du croque-mort."

Un rire s'échappa de sa bouche. Oui, Selina n'avait guère envie de se chagriner avec des stupidités. Elle n'avait eu de cesse d'y réfléchir pendant ces jours où les regards se braquaient sur elle et sa décision avait été finale, ce soir, quand les demoiselles la jalousaient. Elle se moquerait de ce que l'on dirait sur sa personne. Ici ou ailleurs.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Lun 9 Jan - 19:44

Je suis surpris par sa réponse et je le lui dis aussitôt, les sourcils froncés dans cette expression qu’elle doit commencer à  bien connaître.

- Selina, sachez que jamais oh grand jamais je ne lèverai la main sur vous, c’est indigne d’un homme de frapper une femme et je ne tolèrerai cela de personne dans cette ville.

Je la sens soudain se troubler, incapable de terminer sa phrase. J’en conclus que l’agression qu’elle a subie doit encore la poursuivre et j’en suis encore plus navré pour elle. Ce type est mort mais si elle ne s’en était pas chargée, je m’en serais occupé moi-même.

Je l’écoute ensuite, se dénigrer encore, s’accuser d’avoir des ignobles traits de caractères et j’en passe et des meilleures et mon regard se pose sur elle, touché par ses excuses qui ne sont pourtant pas nécessaires, cette façon qu’elle a de se percevoir elle-même et pourtant la détermination dont elle fait preuve. Elle m’explique que c’est sans doute sa logeuse qui est à l’origine de cette vilaine rumeur ou son mari. Bon, j’irai leur parler, c’est décidé. Même si Selina me demande de les laisser faire. Ce qu’elle me dit ensuite me laisse complètement sidéré et à la fois bouleversé par ses aveux.

Et sa conclusion finit de m’achever ! Je secoue la tête, d’abord incapable de parler, puis je la regarde droit dans les yeux, mes mains remontant vers son visage que je soulève doucement pour en caresser la joue.


- Je n’ai jamais entendu autant de bêtises dans la bouche d’une femme aussi jolie !

Je me penche dans un élan soudain pour m’emparer de ses lèvres dans un baiser un peu trop emporté, un peu trop fougueux alors je l’embrasse plus doucement finalement, infiniment plus doucement pour m’écarter et croiser ses jolis yeux bruns si expressifs. Je souris de voir son expression, et je gronde tout bas dans un ton de reproche :

- Ne dites plus jamais cela. Vous n’êtes pas une catin, Selina, vous êtes une femme très bien et si vous avez fait preuve de mauvais caractère, c’est que je devais le mériter. Surtout ne changez pas et continuez de me reprendre si je devais mal agir avec vous, surtout….ne laissez personne, non personne vous manquer de respect, sinon c’est moi qui me chargerai de le leur apprendre !

J’embrasse son front avant de l’attirer dans mes bras, la serrant contre moi.


- J’ignore pourquoi vous estimez devoir vous dénigrer de la sorte, mais vous méritez le meilleur en ce monde, Selina, n’en doutez jamais. Et….pour vous dire sincèrement, je préfère votre caractère, je préfère une femme qui s’affirme que ces greluches stupides qui ne feront que suivre l’avis de tout le monde sans savoir imposer leurs propres opinions. Vous au moins vous avez le courage de dire ce que vous pensez.

Je m’écarte doucement pour la dévisager, avec un léger sourire en coin, dégageant son visage d’une mèche de cheveux qui vient joliment s’égarer sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Dim 15 Jan - 1:56

Selina avait connu des jolies demoiselles capables de ne prononcer que des sornettes. Ses camarades d'internats étaient pour la plupart devenues de belles femmes. Mais leurs lèvres ne laissaient passer que méchancetés infondées ou des discussions qui n'avaient rien d'intellectuels, malgré ce qu'elles pouvaient en penser. Notre journaliste allait faire part de ses pensées lorsque que le Shérif se pencha pour lui prendre un baiser fougueux. Les yeux de la jeune femme s'ouvrirent de surprise. Y'avait-il des passants? L’Écossaise ne s'était guère posée la question lorsque ses mains étaient venu prendre délicatement son visage. Elle en avait apprécié le contact avant de commencer à se perdre dans ses pensées, comme souvent. Mais son étonnement ainsi que la plupart des interrogations qui vinrent la chagriner finirent par partir aussi rapidement qu'ils étaient venus. Ses lèvres vinrent elles aussi prendre plaisir à caresser celles de son interlocuteur, se prenant ainsi un jeu qui ne lui déplaisait guère et se désolant lorsque celui-ci prit fin.

"Ne m'autorisez pas à vous reprendre. Susceptible comme je le suis, je pourrais abuser de ce pouvoir."

Ce n'était qu'une plaisanterie même si notre amie aurait voulu lui affirmer qu'un point encore de leur première dispute l'agaçait encore. Mais les bras dans lesquels elle venait de se blottir firent voler ces pensées encore assez rancunières. Ce rapprochement de leurs corps fit germer en elle une douce chaleur, confortable. Et qui peut-être aurait été plus apaisante si Selina n'avait pas eu comme défaut de trop penser. Non, elle ne méritait pas le meilleur de ce monde. Elle n'avait toujours fait qu'irriter ou décevoir autrui par son incroyable égoïsme et son manque de convenance. Sûrement méritait-elle les traitements qu'on lui infligeait. Comme une punition à son caractère bien trop mauvais pour être récompensé. La scientifique afficha toutefois un sourire lorsque le Shérif s'écarta, la débarrassant d'une mèche de cheveux rebelle.

"Du courage ou de l'insouciance. Mais j'ai toujours apprécié l'excès. Et les caractères francs comme le votre."

C'était un compliment sincère même si Selina s'était sentie dans l'obligation de rendre la pareille. On ne lui en faisait pas souvent après tout, du moins qu'elle ne jugeait pas hypocrites, et elle ne savait guère comment réagir.

"Que diriez-vous de continuer notre promenade? Mais si vous vous sentez encore une fois trop ivre, je ne serais aucunement gênée de vous ramenez chez vous à nouveau."

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Mer 18 Jan - 10:24

Sa remarque me fait sourire, légèrement, me disant que cette femme ne perd jamais le nord. Elle me dit apprécier mon caractère franc, et je lui lance un regard moitié amusé, et moitié dubitatif. Parce que je me souviens qu’il n’y a pas si longtemps, nous étions prêts à nous écharper à cause de notre trop grande franchise sans doute.  Parfois le mensonge et l’hypocrisie doivent avoir du bon même si je suis très peu doué en la matière.

Selina me propose de poursuivre la balade. Ok, je lui donne mon bras plus pour l’aider à se déplacer afin d’épargner son genou plus que pour la galanterie. Quand elle me parle de me raccompagner si je devais me sentir trop ivre, je lui lance un regard perçant, essayant de décrypter ses pensées. Est-ce que je dois considérer ça comme des avances ? Si c’est le cas, voilà qui est plutôt osé de sa part, mais pas du tout pour me déplaire. Je note surtout qu’elle préfère venir chez moi, sans doute pour éviter d’alimenter plus encore les commérages.

Alors pour être sûr de l’avoir bien comprise, parce que ce n’est pas toujours simple de nous comprendre mutuellement, je lui demande, les yeux dans les siens :


- Allez-vous aussi me pincer le nez comme la dernière fois, si je devais avoir un geste déplacé ? Même si je vous assure ne pas avoir trop bu ?

Je me tourne légèrement en direction de mon hôtel.

- Par contre, c’est sûr que vous y seriez plus à l’abri des commérages si vous m’y raccompagniez. Les gérants de l’hôtel sont bien moins curieux que les vôtres.

C’est à elle de décider ce qu’elle souhaite, parce qu’il est sûr que je ne tiens pas à la braquer une nouvelle fois, par mon attitude qui pourrait lui paraître déplacée. Je ne la cerne pas encore complètement cette demoiselle là, même si, peut-être au fond qu’il serait plus sage que je la raccompagne chez elle afin de ne pas empirer les rumeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Jeu 19 Jan - 21:42

"Pourquoi irais-je vous pincer le nez? Ce n'était qu'une petite blague mais je n'ai jamais été douée pour les taquineries. Je suis même très mauvaise...J'ignore ce que vous avez comprit."

Mais la suite des paroles du Shérif lui éclaira soudain sa drôle de lanterne. L'alcool sûrement ou le fait de ne pas trouver l'idée déplaisante lui fit ouvrir de grands yeux et la journaliste sentie une chaleur envahir ses joues. Peut-être était-ce simplement un effet de l'éthanol et non point du à une peau rougissante à cause de la gêne. Elle qui se vantait de ne point ressembler aux autres dames...Toutefois, il serait mentir que d'affirmer que cette embarras était entièrement la cause de son désir pour l'homme à qui elle tenait le bras. Notre Écossaise était des plus surprises et ne savait réellement comment réagir sans paraître pour une idiote ou une femme sans morale. Si l'avis des habitants de Coloma lui importait guère, le regard que portait Blueberry sur elle ne lui était pas insignifiant.

"Vous me taquiner? Je pensais que vos avances ne cherchaient qu'à m'ennuyer. Ou votre abus de whisky faussait la perception que vous aviez de ma personne."

Selina planta son regard dans celui de son ami. Et même si elle se sentait un brin idiote, notre jeune femme avait reprit cette contenance poussée par son orgueil.

"L'idée de passer la nuit dans vos bras est loin d'être déplaisante. Elle en est même attirante. J'espère juste que vous n'êtes point en train de vous moquez de moi. Ou que vous serez amené à croire que je suis une femme sans aucune morale. Je n'enchaîne aucunement les amants comme certains le pensent. Nos concitoyens peuvent penser ce qu'ils veulent de moi mais vous m'êtes important et je refuse de vous paraître comme une catin, bien que leurs emplois soient plus utiles que ce que l'on aime affirmer."

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Sam 21 Jan - 23:19

En l’écoutant, je réalise que mon sens de l’humour doit alors sacrément laisser à désirer. Quoiqu’il en soit, cette nuit-là, nous nous sommes mal compris et je me dis que ça risque encore d’arriver à l’avenir. Aussi je me contente de secouer la tête à sa question qui n’en est pas vraiment une. Ce que j’avais compris ? Je ne sais plus trop, juste qu’elle ne voulait pas de moi en gros….parce que j’étais ivre et qu’elle m’a dit alors que je ne faisais qu’obéir à une simple pulsion animale. Je n’ai pas apprécié….ça oui je m’en souviens.
Et voilà qu’à présent elle aussi doute de me comprendre, pense que je la taquine. Que je ne cherche qu’à l’ennuyer. Je la dévisage, surpris par cet aveu.

- Il n’en est rien. Je n’aime pas à me moquer des gens, Selina. Je dis trop souvent ce que je pense sans doute, mais je ne me moque jamais gratuitement. Je ne suis pas adepte de ce genre de choses. Et pourquoi ferais-je ça ?

Je réalise alors qu’il y a encore un imbroglio entre nous et fronce les sourcils quand elle m’assène que je pourrai croire qu’elle est une femme sans morale, ou sans vertu.

- Loin de moi l’intention de vous faire passer pour ce genre de femme. Je…..je suis navré si c’est ce que je vous ai donné à croire.

Je secoue la tête.

- Mes intentions n’étaient pas …je ne conclus pas ma phrase autre que par une grimace de dépit et de frustration. vous avez raison. Ce ne serait pas une bonne idée. Je ne tiens pas à ce que les gens disent encore du mal de vous. Je devrai me contenter de …vous faire la cour je suppose comme cela se fait dans la bonne société. J’oublie trop souvent les bonnes manières, surtout dans ce pays si sauvage.

J’inspire profondément, pour reprendre contenance et lui laisse de nouveau mon bras.

- Veuillez me pardonner, Selina pour avoir suggéré que…. que nous pourrions nous rendre chez moi. Je vais vous raccompagner à votre pension, afin de m’assurer que vous soyez bien rentrée et je rentrerai chez moi ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Dim 22 Jan - 3:40

[Bon, et bien je vais profiter de mon insomnie et écrire XD]

Les lèvres de Selina s'étirèrent en un doux sourire quand le Shérif vint la rassurer. Oui, une partie d'elle s'en voulait de toujours être angoissée pour la moindre petite broutille. Broutille qui concernait ses relations sociales. Elle abordait d'autres points de son existence avec bien plus d'assurance. Mais une voix lui affirmait qu'elle n'était peut être pas aussi idiote qu'elle le pensait. Et que mal comprendre n'était pas un mal en soit. Surtout quand autant de pensées venaient occulter ses capacités à faire une analyse correcte. Les paroles de Blueberry la réconfortait? Evidemment. Ses idées étaient encore allées trop loin et notre journaliste aurait pu se penser ridicule si elle n'avait pas sentie un certain malaise chez le Shérif. Venait-elle de l'engendrer? Selina se mordit la lèvre, coupable.

"Nous ne sommes pas en bonne société. Dieu du ciel! Heureusement! L'hypocrisie qui la berce est étouffante. De nombreux compliments peuvent être donnés dans le simple espoir de voir une demoiselle vous ouvrir ses draps. Sauf que certaines si perdent et en deviennent bien malheureuses."

Oui, gênée, Selina recommençait à parler d'anecdotes diverses dans l'espoir de réussir à apaiser les tourments du Shérif. Jamais elle ne s'était vraiment soucié du malaise d'autrui, ne le percevant aucunement ou fuyant celui-ci de peur d'envenimer l'état de la personne qui était sujette à de terribles anxiétés. Une boule s'était donc formée dans son estomac. L’Écossaise craignait encore s'égarer mais refusait de se taire, de peur que le silence en devienne encore plus dérageant. De plus, une idée la titillait. Sans réellement s'en rendre compte, emporter par ses désirs tout autant que l'affection grandissante que la scientifique portait au barbu, elle vint lui prendre la main avec les siennes et porta celle-ci à ses lèvres pour déposer un baiser.

"Je n'ai point envie de rentrer à ma pension, Blueberry. Vos projets me semblaient plus attirants d'autant que je me suis toujours moquée des bonnes manières."

Elle fini toutefois par lâcher un petit rire avant de se passer une main dans les cheveux pour remettre en place une mèche qui ne la dérangeait aucunement.

"Je ne suis guère douée pour me faire comprendre et je ne sais comment vous exprimer correctement mes pensées sans craindre de paraître vulgaire. Veuillez me pardonner, Blueberry, je dois bien vous ennuyez à être si difficile à cerner."

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Lun 23 Jan - 21:03

Non, certes non, nous ne le sommes pas mais pourtant parfois elle en garde la retenue, cette crainte que je ne la fasse passer pour une catin si je l’emmène chez moi. Je croyais qu’elle se moquait de ce que pouvaient penser les gens et qu’ils croient à une aventure entre nous ne la dérangeait pas, mais il reste visiblement des barrières et là tout à coup je ne sais plus sur quel pied danser. J’essaie de la suivre dans son drôle de raisonnement mais j’avoue, j’ai bien du mal, jusqu’à ce que je perçoive le début d’une explication. Je commence peu à peu à comprendre sa retenue. Alors je proteste avec une expression ferme.

- Mes compliments étaient sincères. Vous êtes belle Selina, vous me plaisez et je constate hélas qu’on n’a pas dû vous le dire très souvent.

Sa réaction après coup me laisse à la fois surpris et emprunté. C’est bien la première fois qu’une femme embrasse mes mains. Je la laisse parler cette fois sans plus l’interrompre, vider son sac, dire ce qu’elle a sur le cœur, souhaitant comprendre ce qu’elle veut au fond ? Ce qu’elle attend de moi, même si je ne suis pas sûr de pouvoir lui donner tout ce qu’elle pourrait espérer.

Je reconnais dans son regard, dans quelques uns de ces mots qu’elle utilise avec parcimonie parce que comme elle me le dit, elle craint d’être vulgaire, le même désir que j’éprouve. Ce n’est plus un jeu, plus vraiment sauf que je comprends aussi qu’elle s’inquiète de demain, du fait que je la flatte pour mieux la jeter ensuite. Et là j’aimerai la rassurer, lui dire que si je voulais juste du sexe, je pourrai aller au Palace. Mais d’un côté, je ne veux pas faire de promesses que je ne saurais tenir. J’ai une quête à terminer, et à la fin de celle-ci, je ne pourrai peut-être plus jamais revenir en arrière.  Alors je décide de jouer la carte de la franchise :


- Je n’suis pas doué avec les mots moi non plus. D’ordinaire je parle peu, très peu, et je grogne plus que je ne parle. Et avec les femmes….les gestes se suffisent à eux-mêmes.


Je plonge mes yeux dans les siens, cherchant à comprendre qui elle est et oui à la cerner, ce qui n’est pas simple et elle a l’air de s’en rendre compte.

- Vous n’êtes pas une femme comme les autres, et…comme je vous l’ai dit, je ne suis pas l’homme dont on peut rêver. Je ne vais pas vous faire des promesses que je ne saurai tenir Selina. Je ne suis même pas sûr de pouvoir rester dans cette ville indéfiniment. Je n’ai rien à vous offrir en fait, et je ne tiens pas non plus à vous mentir.


J’hésite un instant avant de lui demander franco :

- Vous êtes sûre de vouloir me raccompagner chez moi ?

Mon regard grave reste accroché au sien. C’est à elle désormais qu’il appartient de choisir
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Jeu 26 Jan - 22:28

Oh Blueberry se trompait. On avait souvent dit à Selina qu'elle était une jolie femme. Mais notre demoiselle n'y avait jamais vu de pensées sincères comme lorsque que le Shérif venait de les prononcer. Malgré son manque de compréhension de l'autre, il lui était paru évident qu'on ne la complimentait que pour attirer les faveurs d'une des jeunes femmes les plus fortunées de l'assemblée. Elle n'ignorait pas qu'il y'avait beaucoup plus charmantes voire moins étranges autours d'elles. Chaque homme qui se présentait alors à elle avec trop de chaleur dans la voix ou de gentillesses dans les paroles se voyait alors accueillir avec une méfiance exacerbée. Et très vite Selina finissait par devenir désagréables. Un comportement qui lui semblait justifié quand sa personne ne semblait représentée qu'une source de revenue plus que confortable. Toutefois, jamais on ne lui avait dit qu'elle plaisait. Si, une fois, mais la journaliste avait relégué cette fâcheuse aventure au rang des souvenirs à oublier. Comme s'ils n'avaient jamais existé. Les paroles de Blueberry lui firent donc chaud au corps comme au cœur. Et l'Ecossaise se vit dire à cet homme quel avait insulté quelques semaines plus tôt, que cette attirance était ressentie. Mais si notre jeune femme était des plus expressives, il était rare qu'elle déposait des mots sur des sentiments qui étaient autres que de l'agacement ou de la colère. Aucun mots ne sortis, et elle se sentie idiote de ne pas pouvoir faire une tâche qui semblait pourtant si aisé à autrui.

"Des promesses? Quelles promesses? Je ne suis pas une femme dont les hommes rêvent, Blueberry. Je ne m'attend donc aucunement à ce que preniez un quelconque engagement avec moi. Je serais une amante compliquée. Quand à être une épouse, ce serait un rôle difficile à incarner pour la drôle de demoiselle que je suis. Je ne ferais que décevoir mon mari. Une mère? Ciel! J'aime les enfants, je m'en rend compte avec ceux d'Ethel mais je ne serais aucunement un bon exemple et il ne se passerait pas un jour sans qu'ils ne désirent avoir une autre génitrice."

Selina lui afficha un doux sourire. Elle hésita quelques minutes, se tordant les mains avant de se lancer, légèrement gênée des révélations qu'elle comptait faire. Sûrement se moquerait-il d'elle.

"Je me sens bien avec vous. Et je sais que nos routes finiront par se séparer. Alors je souhaite juste profiter de votre présence et savourer les moments que je passerais avec vous pour avoir de bons souvenirs à me remémorer."

Son visage eu une petite moue embarrassée avant qu'elle ne se décide à avoir un petit rire, un brin forcé peut-être. Selina fini par s'éloigner de quelques pas, en direction de l'hôtel du Shérif. Elle se retourna, tendant une main à cet homme qu'elle appréciait tant.

"Je vous raccompagnes, évidemment. Il fait sombre et je crains que vous ne vous vous perdiez en chemin." et après une seconde d'hésitation, elle reprit "C'est une taquinerie, je ne sais pas si ça y ressemblait. Enfin, oui, je viens avec vous. C'est peut-être une réponse claire que vous vouliez et j'espère que celle-ci l'est assez."

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Sam 28 Jan - 13:28

Je grimace, dérangé par les mots qui sont posés sur ces promesses que je ne pourrai lui faire. Le mariage ? Oui c’est bien de ça dont il est question mais non, je ne suis pas prêt à m’y engager et un homme avec les secrets qui sont les miens, n’a pas le droit de se lier, pas de cette façon. Peut-être que le jour où tout ça sera derrière moi, et le jour où je saurai me pardonner pour ce que j’ai fait, je pourrai y songer sereinement…. Songer à recommencer, à refaire une famille, à avoir un autre fils. Mais pour le moment cette pensée m’est trop douloureuse. Je lui lance un long regard, à la fois surpris et pensif. Encore une fois, je trouve qu’elle a une très piètre estime d’elle-même.

- vous vous sous-estimez de trop, Selina. Ne soyez pas si dure envers vous-même.

Au final elle a bien compris ce que j’ai tenté sans doute maladroitement de lui faire comprendre. Je ne suis pas un homme libre de mes actes pour le moment, parce que j’ai une promesse à remplir. Cependant elle est dans la même situation que moi, disposée  à apprécier le temps qu’on pourra passer ensemble. On dirait qu’on a finalement réussi à se mettre d’accord.  Je finis par retrouver le sourire, léger sourire et regard qui plonge dans le sien tandis que je lève la main pour caresser le contour de son visage.

- En voilà déjà un bon bout de chemin parcouru depuis notre rencontre. Et nul ne peut dire ce que l’avenir nous réserve mais moi aussi j’ai envie de profiter de ces moments avec vous, et vous montrer que vous valez la peine qu’on s’intéresse à vous.


Je la laisse finalement s’échapper tandis qu’elle prend la direction opposée, celle de mon hôtel. Et je laisse échapper un petit rire bref à sa plaisanterie.


- Vous savez Selina, je ne vais pas me formaliser de quelques plaisanteries et même de ces petits noms que vous aimez tant à me donner. Je crois que je peux dire que je commence à vous connaître. Vous aimez bien vous cacher derrière elles, derrière vos jeux de mots et votre connaissance mais au fond, vous gagnez à être connue.

J’acquiesce doucement et ramène mon pas à sa hauteur pour gagner ensemble mon hôtel, son bras tenant le mien et la chaleur de sa main qui traverse l’étoffe de ma veste ce soir.

- Peut-être me suis-je déjà perdu et que vous êtes celle qui saura me sauver de l’obscurité, finis-je par dire d’un ton bourru, avant de pousser la porte de ma chambre et de la refermer derrière elle.

Mon regard la jauge encore, guettant sa réaction, et avant que la timidité ne la gagne à nouveau, je la rejoins en deux pas pour la prendre dans mes bras et l’embrasser avec fougue, la faim de cette femme et le désir me tenaillant au ventre. Il n’est plus temps de tergiverser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Lun 30 Jan - 10:22

Malgré son petit sourire sur ses lèvres, Selina continua le peu de chemin qui leur restait perdue dans ses pensées. Non, elle ne se sous-estimait aucunement! Ses dires étaient simplement réalistes. Oh, notre jeune femme se savait brillante et avec un certain génie artistique. Il serait idiot de douter sur ses points. Mais ceux qu'elle avait énoncé n'étaient pas du à une mauvaise idée de sa personne. Il était évident qu'on ne pourrait l'apprécier comme épouse. Les hommes de son rang social attendaient d'avoir une femme présente seulement pour quelques devoirs conjugaux, leurs donner un héritier et être à leurs bras pendants les soirées mondaines. Et on ne souhaitait guère qu'elles s'occupent de leurs progénitures, les confier à une gouvernante était obligatoire. Les dames passaient alors leurs journées à s'ennuyer et on leur reprochait les quelques loisirs qu'elles aimaient avoir pour ne point avoir l'impression de tourner en rond. Quand aux messieurs de milieu plus modeste...Ils souhaitaient une épouse capable d'entretenir une maisonnée, de cuisiner et repriser leurs vêtements. Non, aucun hommes ne pouvaient la vouloir comme femme, Selina ne pourrait répondre à aucunes de leurs espérances même en y mettant du sien.

Ce fut les paroles que prononça Blueberry qui la fit revenir sur terre. Le sauver? De l'obscurité? La journaliste fronça les sourcils. Jamais elle n'avait sauvé qui que ce soit et elle doutait qu'elle est la capacité de le faire. La surestimait-il? Ou attendait-il quelque chose de précis de sa personne? Selina allait le lui demander quand des bras vinrent l’entraîner dans une étreinte passionnée, lui faisant oublier ses doutes et craintes. La jeune femme laissa ses mains se poser sur les épaules du Shérif tandis qu'elle venait apprécier la chaleur de ses lèvres avec la même fougue qu'il lui offrait rendant parfois se baiser plus langoureux. Peut-être était-ce stupide de sa part de se sentir aussi bien auprès d'un homme qui partirait tout comme elle. Notre amie n'ignorait pas qu'elle s'aventurait sur une pente dangereuse. Mais son désir ne cessait de grandir pour lui et la chaleur qui la prenait au corps était tout aussi confortable qu’envoûtante. Elle ne voulait pas s'arrêter maintenant et elle se savait capable de tolérer quelques peines s'il devait y'en avoir dans les jours à venir.

La demoiselle fit doucement glisser la veste de son ami pour la poser sur le meuble le plus proche avant que ses doigts ne s'arrêtent sur le premier bouton de son gilet. Et des doutes revinrent l'ennuyer.

"Je peux?" souffla t'elle "Je ne veux pas que vous ayez de regret. Après tout, je ne suis pas femme à avoir eu une myriade d'amants."

Evidemment, notre jeune femme espérait en son fort intérieur qu'il ne se rétracte pas mais si Blueberry préférait s'arrêter maintenant, elle ne pourrait que comprendre.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Lun 30 Jan - 20:32

Sa question me fait sourire et je lui réponds d’un oui amusé, la dévisageant tandis qu’elle est occupée à me déshabiller, ce qui ne manque pas d’attiser mon désir pour elle, malgré sa gêne que je ressens, malgré ce qu’elle arrive à me dire en ces instants. Je secoue la tête, l’aidant à me débarrasser du gilet que je la laisse poser sur la chaise avec la veste dans des gestes trop mesurés à mon goût.

- Je sais, lui dis-je simplement.

Ça se devine dans chacun de ses gestes, dans ses attitudes empruntées et pourtant j’ai envie qu’elle se détende et se laisse aller, qu’elle me laisse faire si elle a peur de mal faire, de se laisser guider et finalement oui de me faire confiance.


- Fais-moi confiance.

Je murmure cette requête passant enfin au tutoiement à présent que le temps du rapprochement est venu et qu’il n’est plus nécessaire d’y mettre les formes. Je veux la connaître tout entière, la découvrir et lui faire l’amour autant qu’elle le voudra. Même si je suis conscient qu’il ne faut pas que j’aille trop vite avec elle qu’il ne faut pas que je la bouscule de trop. Alors c’est à mon tour de me pencher vers elle, pour l’embrasser encore, baiser suave et intense avant de poser mes mains sur ses hanches, les laissant remonter jusqu’à ses épaules, à son cou, me noyant dans ses grands yeux un instant, avant de chercher à défaire son chignon, libérant sa magnifique chevelure que je caresse un peu, avant de m’attaquer aux boutons de son chemisier, l’un après l’autre, regard quêtant son approbation à chaque fois. Et tout ce petit jeu me met à rude épreuve, moi qui suis plutôt du genre à tout arracher pour accéder aux trésors féminins, pour m’en emparer sans façons et sans manière, avec le bel appétit qui est le mien.

Mais là pour elle je me mesure, je me contiens, l’embrassant parfois de baiser légers, à chaque parcelle de peau dévoilée, jusqu’à le lui retirer enfin son chemisier pour le poser sur mes propres affaires, laissant mes mains remonter sur le corset qui met si bien en valeur sa poitrine à la peau laiteuse qui se révèle à moi, accélérant le flux sanguin de mes veines et dépassant désormais toute possibilité de revenir en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Mer 1 Fév - 18:19

Comme toujours, et surtout lorsque notre amie était angoissée de mal faire, son esprit se mit à la chagriner avec une multitude de questions. Blueberry le savait? Était-elle si inintéressante ou son caractère était-il si repoussant qu'il était difficile de l'imaginer avoir déjà eu des amants? Peut-être donnait-elle vraiment l'impression d'être une vieille fille dont l'aigreur ne découlait que d'une grande frustration? Ou alors n'était-ce pas sa personnalité le soucis mais son physique. Pourtant son corps ne manquait d'aucune forme et Selina avait toujours cru ses courbes plaisantes. Ses dents étaient peut-être trop chevalines?

"Je ne suis pas vierge, Blueberry."

Pourquoi le lui avouer? Son orgueil lui avait sûrement susurrer de ne point passer pour une femme que l'on ne pouvait désirer. Oui, une idée stupide puisque le Shérif semblait lui prouver que rien n'en elle ne la repoussait en ce moment. Mais l'anxiété de Selina voulait aussi le rassurer, lui affirmer avec une insinuation trop marquée qu'il n'avait aucunement à craindre de la brusquer par des envies qui peut-être ne correspondaient pas aux images que se faisait une jeune fille en fleur de l'amour physique.
Tandis que les doigts de son ami venait défaire son corsage, notre journaliste laissa les siens faire de même avec une chemise qui ne tarde pas à glisser sur le sol. Oh, non point que la demoiselle n'avait guère envie de la poser sur la chaise, comme le reste des vêtements mais les lèvres de Blueberry venant parcourir sa peau la fit frémir de plaisir. Un plaisir qui vint lui souffler que quelques plis sur un vêtement devrait être le cadet de ses soucis à présent.

Les mains de son amant remontèrent jusqu'à sa poitrine, accroissant le désir de notre jeune femme. Elle souhaitait à présent sentir les paumes du Shérif caresser ses seins, sentir ses lèvres les savourer tandis qu'elle aussi viendrait goûter à l'épiderme de cet homme qui arrivait tant à la rassurer et qui éveillait en elle des sensations oubliées depuis des années.
Selina laissa doucement glisser ses mains du torse de l'Américain, dépassant sa ceinture pour venir caresser sa virilité à travers le tissu de son pantalon cherchant ainsi à continuer d'attiser son désir pour elle.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Ven 3 Fév - 12:39

Je pensais bien faire en la ménageant en lui offrant douceur et patience, parce que je la sentais quelque peu empruntée, tendue, inquiète ? Que sais-je ? Et là elle me déstabilise complètement par cet aveu que je ne sais comment interpréter. Elle n’est plus vierge…..c’est plutôt brutal comme déclaration. Elle m’aurait dit le contraire, je l’aurai compris. Mais là, pourquoi ? Trouve-t-elle que je fais trop de manière ? Je pensais qu’elle en méritait. Je ne voulais pas qu’elle pense que je la trousse comme j’aurai pu le faire d’une catin et….bref.

J’essaie de passer outre, de ne pas m’arrêter à cette singulière déclaration, de me laisser porter par le désir qu’elle m’inspire, de céder à l’envie de la caresser enfin, ses épaules délicates, sa peau claire et douce. Je l’embrasse encore, baiser plus passionné tandis que mes mains défont ses derniers vêtements, la débarrassant du corset pour que je puisse enfin admirer sa poitrine, ses seins bien dessinés dont les pointes se dresse sous mes doigts qui les frôlent. Mon regard revient au sien et je ferme les yeux, tandis qu’elle entreprend de me caresser à mon tour à travers le tissu de mon pantalon, appréciant l’audace du geste.

Elle sait s’y prendre pour me pousser à abandonner ma retenue. J’abandonne ses lèvres que je dévore d’un nouveau baiser pour embrasser son cou, tandis que mes mains viennent saisir plus fermement ses seins que je presse, avant de les prendre en bouche pour les titiller, chacun à leur tour, les mordillant, les caressant de ma langue avant de la laisser courir sur son ventre un instant.

Mon souffle se fait plus rapide, comme les battements de mon cœur. Je la soulève alors pour la déposer sur mon lit. Je retire alors ce qu’il me reste de vêtement et je m’allonge sur elle pour reprendre nos baisers, devenant plus fiévreux encore, plus impatient tandis que ma main se glisse entre ses cuisses, grondant son nom entre deux baisers. Je la caresse doucement, quêtant dans son regard, ses attentes et ses propres désirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   Ven 17 Fév - 13:46

Chaque baisers et chaque frissons qui l'avaient parcouru tandis que sa nudité se dévoilait intégralement avaient doucement fait partir les angoisses qui empêchaient Selina de profiter entièrement de ce moment. Ses lèvres sur sa peau, cette bouche se délectant de sa poitrine finirent de faire grandir son désir. Sa pudeur la délaissa alors, pour qu'elle puisse ainsi offrir à son amant le peu de savoir qu'elle connaissait. Ses doigts vinrent donc défaire la boucle de ceinture de Blueberry, le bouton de son pantalon avant de se glisser sous le tissu pour venir donner des caresses bien plus intimes que ce la journaliste s'était permise jusqu'à maintenant.

Selina se laissa soulever et profita de se moment pour venir quérir à nouveau les lèvres du Shérif. Et tandis qu'il enlevait le reste de ses vêtements, sa bouche glissa pour venir savourer la peau de son cou et de son épaule. Notre jeune femme avait toujours songé que son amant était bel homme et peut-être était-ce du à ce moment d'intimité qu'ils partageaient mais cette idée lui sembla s’accroître, lui arrachant un autre sourire. Sourire qui resta tandis qu'il venait la caresser, commençant alors à faire légèrement onduler le corps de notre demoiselle et lui arracher quelques gémissements. Et une crainte lui revint. Elle ne pourrait lui donner autant de plaisir que lui semblait pouvoir lui en procurer. La scientifique caressa doucement la joue de Blueberry.

"Dites moi si je peux faire quoi que ce soit pour vous satisfaire."

Oh elle savait que ce n'était point le moment de trop parler. Mais elle se sentait à nouveau gênée de ne guère connaître que des rudiments et Selina ne voulait aucunement qu'il puisse regretter cette étreinte car elle ne lui aurait apporté aucune satisfaction. Le Shérif devait sûrement avoir bien des femmes dans ses bras après tout. D'ailleurs, ces dames ne devaient guère le vouvoyer. Ne venait-il pas de passer au tutoiement? Et aussi infime fut-il, ce rapprochement lui fit plaisir.

"Je suis toute à toi, Blueberry."

Fini t'elle par murmurer entre deux autres soupirs. Selina se sentait prête à accomplir le moindre des désirs de son ami, elle y prendrait sûrement autant de satisfaction que lui. Tout du moins espérait-elle. Il lui avait toujours semblé qu'elle était capable de répondre aux demandes de ses amants.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Uair San Ràith [Blueberry]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Uair San Ràith [Blueberry]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Présentation] Blueberry
» [Sondage Terminé] Haruhi Michiko VS Hannah Blueberry
» Présentation Blueberry Evans
» c. blueberry applewood || blue.apple
» Blueberry :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild West :: La Conquête De L'Ouest :: Coloma Town-
Sauter vers: