Partagez | 
 

 Get 'em up ! [Sam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Get 'em up ! [Sam]   Mer 2 Nov - 4:09

Musique ! Cool


Nous avons quitté Sacramento hier au petit matin mais Mia ne m’adresse plus la parole depuis ma petite fugue de la gare, deux jours plus tôt. Même dormir au relai, cette nuit, n’a pas calmé sa bouderie. Le caractère… pour le moins rustique du lieu, auquel nous sommes toutes les deux peu habituées – d’accord, moi, absolument pas – nous a déconcerté mais n’a pas fait desserrer la mâchoire de ma gouvernante, bien au contraire.
Après le départ de Monsieur Black, qui m’a laissé à la fois médusée et toute … je ne sais quoi, j’ai rejoint ma bonne qui était, comme prévue, outrée par mon absence et ma promenade sans chaperon. Rien n’a pu la calmer, d’autant que je suis arrivée avec un autre chapeau que celui que je portais. Il m’a bien fallu lui raconter ma mésaventure, ignorant des détails du genre… Monsieur Black justement. Elle n’a que le prénom de feu mon fiancé à la bouche, comme si l’invoquer pouvait bien le faire revenir. Mais même en minimisant ce qui m’était arrivé, elle était trop outrée.

L’après-midi, il m’a fallu négocier avec la compagnie de diligence. J’ignore si je m’en suis bien tirée à payer 5$ de plus ainsi que les frais afférents au cheval dans chaque relai. J’ai  ensuite été acheter un cheval, avec une selle en amazone. Croyez-le ou non, c’est la selle qui a été le plus problématique. Je suis donc propriétaire d’un quarter horse pie, magnifique, visiblement intelligent et surtout docile. Une fois qu’on a eu trouvé la selle adaptée, j’ai confié à Mia les problèmes de garde-robe et nous avons été me trouver une robe adaptée pour le chemin. Pour le reste, il était déjà bien trop tard. Ça, ça n’était pas franchement très compliqué. Les robes de l’ouest, basiques, permettent les mouvements nécessaires à la monte. Il m’a juste suffit d’en trouver une en tissu pas trop grossier, ni trop chaud ni trop froid.
J’aurais tout de même dépensé près de 400$ en une après-midi.

Hier matin, nous avons donc quitté Sacramento, moi à cheval à côté de la diligence. Nous allions à un bon pas et les chevaux, apparemment motivé par la présence du mien, nous ont permis d’arriver un peu plus tôt que prévu dans le relai. Croyez le ou non mais la nourriture, même simple, était bonne et en grande quantité. J’ai été faire une courte promenade pour détendre mes  jambes, ravie par la journée. Mia, elle, a juste protesté, quand je me suis éloignée, que j’allais finir noireaude.

étant, naturellement, fourbue après une journée entière à cheval, ce matin, j’ai donc décidé de faire le chemin dans la diligence, mon cheval attaché et trottant à côté de nous, apparemment moins content qu’hier. J’ai donc fini par demander à la diligence de s’arrêter lors de la pause du matin. Il est trop nerveux tout seul. Me revoilà donc en selle, avec une légère grimace pour mon séant malmené.

Il me tarde d’arriver à Coloma. Je veux un bon bain bien chaud. Des draps dont j’ai l’assurance qu’ils sont propres. Je veux être seule dans ma chambre à rêvasser. Il me faudra aussi écrire une lettre à mon avoué et à mon père pour les assurer de ma survie et du bon transfert de certains avoirs. J’ai écouté les conseils du premier. Une partie sera à Coloma. D’autres à Sacramento et le gros de mon héritage sera maintenu à Boston en attendant de savoir si je m’établis définitivement dans l’Ouest sauvage.
Je regarde par la fenêtre de la diligence. Toutes les places sont occupées à part la mienne bien sûr. Mia brode et qu’à côté d’elle, un pasteur ronfle paisiblement, je regarde les paysages dont mes yeux n’arrivent pas à se défaire. C’est magnifique, vaste, impressionnant et… un peu terrifiant aussi. Il pourrait arriver n’importe quoi, qui le saurait ? Cette route n’a pas l’air si fréquentée que ça. A peine avons-nous croisé, hier, une dizaine de chariots.
Alors que le conducteur me parle, j’entends sur le côté, un bruit sourd de galopade. Intriguée, je tourne la tête en direction du nuage de poussière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Get 'em up ! [Sam]   Mer 2 Nov - 19:28

Yeeeeeeha !!

Je pique des deux et mon cheval bondit en avant, fouetté par un regain de tonus. Le galop que nous menons vers la diligence soulève des flots de poussière dont mon masque de tissu noir me protège. Celui-ci, serré sur mon front et maintenu en sus par mon chapeau, couvre entièrement mon visage à l'exception de mon regard vif. A ma gauche, les Twin's, des jumeaux du Colorado recrutés il y a deux mois, galopent furieusement pour rester à niveau. A ma droite, Black Jack sur son étalon noir gagne du terrain sur moi. Derrière nous, Raoul-le-Grizzly d'Alabama (on a beau lui expliquer que y a pas de Grizzly en Alabama, il est du genre borné l'animal. Moi je lui ai proposé la truite comme surnom mais il l'a mal pris et j'ai encore mal à la mâchoire douloureuse rien que d'en parler) nous talonne en peinant. Mon hongre pie (j'ai bien sur un autre cheval que Goldy par trop reconnaissable) piaffe, refusant de se laisser dépasser par l'étalon noir. C'est en déboulant à fond de train que nous entourons la diligence en tirant en l'air. Les chevaux de la diligence s'emballent, le cocher doit saisir les rênes à deux mains, l'empêchant de prendre son fusil pour nous plomber. Mon sourire s'accentue. Derrière Raoul se déchaine et tire à tout va, c'est son rôle, effrayer et faire se tenir tranquille les héros en puissance.

Je vois les twins se détacher pour partir à gauche. Ils se laissent distancer pour passer derrière la diligence et revenir dans un élan de leurs chevaux à la hauteur du conducteur. Jack et moi encadrons les chevaux de traits par l'autre coté. Je m'approche pour sauter sur les chevaux de tête mais l'attelage s'écarte et je dois renoncer en me raccrochant à mon hongre. J'entends Jack qui jure de ma maladresse. De leur coté les twins tentent la même manoeuvre mais l'un des deux se rate complètement et se laisse distancer sous peine de se retrouver projeté au sol. Il rejoint Raoul à l'arrière. Il nous reste donc seulement la solution d'épuiser les chevaux et c'est que nous faisons tandis que les coups de feu qui se veulent avant tout dissuasifs continuent à retentir.

Finalement, nous parvenons quand même à arrêter la diligence, la poussière forme un nuage autour de nous et peine à retomber. Je saute à bas de mon cheval, dont je jette les rênes à Raoul. Avec la tonne de poussière dont je suis recouvert, je dois ressembler à un confédéré ! D'un geste vif, j'ouvre la porte de la diligence et d'un geste de mon colt, je fais signe aux passagers de descendre en lançant un joyeux et vigoureux (pour me faire entendre malgré le tissu qui recouvre mon visage)

Terminus, on passe à la caisse !

Je balance un sac toile de juste à la petite rouquine que j'ai croisé à Sacramento et qui est responsable de cette attaque. Je souris derrière mon masque.

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Get 'em up ! [Sam]   Mer 2 Nov - 22:37

J’ai été tétanisée par l’attaque, me maintenant difficilement en selle. Si, à califourchon, l’équilibre est relativement naturel, en amazone, c’est loin d’être le cas, même avec deux fourches pour maintenir ses jambes. Heureusement que je suis bonne cavalière, sinon j’aurais sûrement démonté de façon beaucoup trop violente. Mon cheval a suivi instinctivement ses congénères de la diligence et je me suis retrouvée tour à tour au triple galop puis à l’arrêt. Je ne tente même pas de m’enfuir toute seule. D’abord pour aller où ? Je ne connais pas le chemin et j’ai peur de tomber sur pire. Seule et sans défense, Dieu seul sait ce qui aurait pu m’arriver. Et puis ils tirent des coups de feu qui menacent d’affoler ma monture. J’ai peur de prendre une balle perdue. Finalement, je laisse le cheval le plus proche possible de la diligence, venant mettre pied à terre quand elle s’arrête, à contre cœur, collée à Mia qui met une épaule devant moi pour me protéger.

Je suis pâle, tremblante. Je ne parviens même pas à me saisir du sac qu’on me balance. à moi. Mais pourquoi moi ? Parce que je suis celle qui a l’air la plus terrorisée ? Mes mains s’agitent tellement que j’ai peur de faire un malaise. C’est Mia qui le ramasse pour moi. L’homme qui a lancé le sac a une telle joie dans la voix… C’est affreux. Comment peut-on être ainsi horrible avec les autres sans avoir une once de compassion ?
J’expire un souffle haletant. Je réalise maintenant que mes gants sont couverts de poussière et la seule chose qui me vient à l’esprit c’est que je ne suis pas très convenable. Comme si nous étions dans un salon. Je laisse échapper un rire un peu hystérique alors que les larmes piquent mes yeux.
Ma bonne semble, elle, reste maitresse de ses émotions.
Moi, j’en suis toujours à me demander ce qu’ils nous veulent exactement. Notre argent ? Mais… je pourrais me contenter de leur donner ma petite bourse que j’ai. Il y a 28 dollars dedans. Mia doit avoir sensiblement la même chose.


Nous n’avons rien Monsieur. Nos dernières économies sont parties dans la diligence.

Elle parle avec une froideur et un mépris qui me font encore plus rire. Je me laisse glisser au sol, parce que mes pauvres jambes refusent de me soutenir davantage. Je ris toujours, mais j’étouffe à moitié. Je défais le camé qui tient le col de ma robe pour pouvoir mieux respirer. Je chasse aussi mon chapeau à larges bords parce que je ne supporte rien autour de moi.
Je n’arrive même pas à parler. Je veux juste qu’on en finisse.
Mia, elle, tend le sac aux autres membres de la diligence, m’aidant à me relever. Apparemment, rester par terre n’est pas une bonne idée. Elle me murmure quelque chose que je n’entends absolument pas.


Qu’on en finisse. Pitié.

Je défais de ma jupe le petit sac où se trouve mon cash et je le tends à l’homme qui m’a lancé le sac. Il est vraiment grand. C’est quoi cette habitude, dans ces contrées, d’être aussi grand d’abord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Get 'em up ! [Sam]   Sam 5 Nov - 22:22

Mais oui t'as rien et moi je suis le marshall !
Allez fais pas ta difficile sinon Grizzli se charge de te fouiller.
Grizz !! Occupe-toi de la grand-mère, moi je m'occupe du chaperon rouge...


Je ne sais pas si Grizzly comprend mes parole ou si ce sont mes gestes qui l'aident ou encore s'il acquiesce par habitude

Ok Little

Je m'approche de la rouquine et lui fait un petit signe pour qu'elle mette l'argent dans le sac en toile mais aussi le camée

Les bijoux aussi, Miss.  
Soyez pas pingre. L'avarice ne va pas aux jolies dames.

Une fois qu'elle s'est exécutée, je saisis sa main tremblante, par jeu, et me penche pour un baise-main comme lors de notre premier au revoir à Sacramento quelques jours plus tôt. Après ça, je recule, surveillant la scène tandis que les Twins finissent de fouiller rapidement les bagages, renversant sans état d'âme les valises accrochées sur le toit de la diligence. Jack tient en respect les hommes et Raoul finit de fouiller les passagers.

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Get 'em up ! [Sam]   Dim 6 Nov - 6:11

Mes mains tremblement tellement que j’ai toutes les peines du monde à ôter le camé. Je me demande si je dois mettre aussi les bagues et bracelets, cachés par les gants d’équitation. Je juge que non. Il ne les voit pas, n’est-ce pas ? Pitié… la peur me noue le ventre et en même temps, la colère commence à me soulever le cœur. C’est un tel sentiment d’injustice. Ma vie ici ne fait que débuter et déjà on me prend pour cible.
Dans l’Est, on vous parle de ces bandits de grands chemins, ces fous furieux qui volent tout et peuvent même vous laisser sans vie sur la route, juste parce qu’ils sont tellement ivres qu’ils tirent réellement. On parle aussi des indiens, qui cherchent à se venger ou à obtenir de la nourriture. On parle des bêtes sauvages. Mais tout ça, c’est comme les contes de fée et les légendes. C’est loin, c’est inimaginable. Ça a un côté exotique qu’on ne pense pas réellement possible. Et si c’est le cas, ce sont les autres à qui ça arrive. Pas à nous, simples mortels ?!
 Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie. En vérité, je n’ai jamais vraiment eu peur jusqu’à aujourd’hui mais je commence à comprendre ce que ça veut dire. J’ai un frisson alors qu’une sueur froide coule dans ma nuque.

L’homme me prend la main et je tente de la retirer. Ça me dégoute qu’il me touche, même au travers de mon gant. Il ne me laisse pas faire et, à travers son foulard il me fait un baisemain comme Monsieur Black il y a deux jours. Les hommes de l’ouest ne savent pas s’y prendre et je finis par tirer un peu plus fort pour récupérer mes doigts. Je finis par glisser, sur un ton si méprisant qu’on ne dirait absolument pas moi :


Vous êtes répugnant. Inutile de faire preuve de bonnes manières, vous n’en avez aucune.
Quant à l’avarice, cet argent est le fruit du labeur d’une famille. Vous feriez mieux de prendre exemple au lieu de voler les honnêtes gens.


Mes yeux brillants de larmes et de défi tentent de le toiser mais qu’est ce que je peux bien faire face à un homme bien trop grand et masqué et armé. Je regrette tellement, soudain, d’être partie de Boston.

Allez vous en maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Get 'em up ! [Sam]   Ven 11 Nov - 21:56

Le labeur d'une famille bostonnienne...on sait ce que ça vaut.

Oui je ricane là ! Parce que l'explotation de la misère des autres, sur les chantiers, les usines de textiles ou les docks.  Les Brahmanes de Boston se font du pognon sur la sueur des autres alors me parler de dur labeur c'est gonflé !

Tsss mademoiselle, l'prenez pas comme ça.

Elle arrache sa main de la mienne mais pas avant que j'ai senti les bagues sous ses gants. Je lui souris pas dupe. Je me penche vers elle pour lui souffler à l'oreille

Même les truands ont du coeur, Pour vous le prouver je vous laisse votre bague de grand-mère contre un baiser

Je l'attrape cavalièrement à la taille pour lui dérober un baiser. Jack me passerais un savon pour ça (pas pour le baiser, pour les bijoux) mais elle est si mignonne la rouquine quand elle est en colère. Je me recule prestement et je récupère la sangle de mon cheval pendant que Raoul se charge du butin. Je grimpe sur mon hongre d'un bond souple. Black Jack émet un le sifflement qui sonne la retraite et à bride abattue nous quittons les lieux de notre forfait, butin dans nos sacoches.

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Get 'em up ! [Sam]   Sam 12 Nov - 23:30

Je me fige, terrorisée. Comment diable cet homme sait il que je suis de Boston ? Nous suivent-ils depuis longtemps ? Mia avait raison de me dire que nous serions des proies faciles. Je ne l’avais pas encore compris jusque là mais hélas, c’était bel et bien le cas.
L’homme se penche et j’ai beau reculé la tête en arrière, je suis coincée contre la diligence. Je ne peux guère que le laisser venir à une distance bien trop indécente.
Le pire est à venir, je le sens. Il me parle et je frémis d’effroi. Grand-mère ? Pire. Baiser. Non. Avant même que je ne consente, la mort dans l’âme, à donner ce bien à ce voleur, qui me connait apparemment définitivement trop bien, il m’attrape à la taille. Je suis tétanisée. Mes bras restent pendants, visiblement foudroyée sur place.

Soudain plus rien. Mon cerveau met un temps certain à comprendre qu’ils sont partis. Mia m’entoure les épaules de ses bras alors que je commence à claquer des dents. On me monte dans la diligence. Je n’entends pas tellement ce qui se dit mais l’un des hommes secoue la tête en parlant de ma vertu. Ma bonne tire des valises un grand châle dont elle couvre mes épaules alors que je chasse machinalement une larme solitaire qui glisse sur l’une de mes joues.

Nous repartons. Alors que je regarde le chemin sans le voir, claquant des dents et frigorifiée par le contre coup de ce que nous venons de vivre, le bercement du chariot me plonge dans un début de sommeil. Alors que je commence à m’assoupir, je sursaute, les yeux écarquillés, réalisant soudain qui nous a attaqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Get 'em up ! [Sam]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Get 'em up ! [Sam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild West :: À L'Ombre Des Potences :: Tombstone :: Archives des rps-
Sauter vers: