Partagez | 
 

 La dernière étape [Selina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: La dernière étape [Selina]   Lun 24 Oct - 12:33

Le train s’arrête dans un sifflement aigu, celui des freins, accompagné par celui plus long et tonitruant de la locomotive, signifiant joyeusement qu’ils sont arrivés à destination.  Par la fenêtre, j’aperçois un nuage de vapeur enrobant quelques visages dans une lumière éblouissante, des voyageurs faisant le chemin inverse et qui attendent que le train se vide de ses passagers pour monter, ou d’autres venus accueillir des arrivants. Ca ne sera pas mon cas.  
La vapeur se dissipe et le contrôleur vient donner de la voix pour ceux qui se sont endormis.


- Terminus ! Tout le monde descend !

Je me lève sans me presser, glissant la photo dont je ne me sépare jamais dans la poche de mon manteau, puis je me saisis de mes deux sacoches que je balance par-dessus mon épaule. Je suis encore loin d’être arrivé à destination.

Je descends les quelques marches, ignorant les gens pressés, regard parcourant le décor de la gare sous le chaud soleil de la Californie. Il est plein midi et j’ai encore un bout de chemin à faire. Il va me falloir d’abord trouver un cheval et un bon, parce qu’il va devoir me supporter un bout. Ici c’est la fin de ma quête. Après je ne sais pas ce que je ferai, mais après c’est après, je suis loin de me préoccuper de ce qui m’arrivera ensuite. Tout ce qui compte, c’est maintenant, le présent, aujourd’hui.

Je suis le mouvement des voyageurs se dirigeant vers la sortie de la gare, me voilà à Sacramento, dernière étape avant le final. Je ne suis qu’un voyageur parmi d’autre, anonyme avec mon chapeau et mes vêtements sombres de bonne qualité qui bientôt gouteront à la poussière du désert californien.

Un gosse m’aborde, bavard, gouailleur, qui me propose de me guider à travers la ville.


- File-moi l’adresse d’un maréchal ferrant, le meilleur, ça me suffira.

Je sors une pièce de ma poche que je fais bondir dans ma main, avant de refermer mes doigts dessus, regard fixé sur le gosse.


Dernière édition par Blueberry Jones le Ven 28 Oct - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Jeu 27 Oct - 17:12

Le gamin m’emmène sur ses traces, il trottine à mes côtés et me raconte ce qu’il y a de bien à voir ici, les commerces, les bordels, les saloons. Il s’arrête pas de parler mais je le regarde à peine, observant la foule tout autour de moi, épiant les gestes, les attitudes.
On traverse le marché aux chevaux mais ils ne m’intéressent pas, que des vieilles carnes faméliques qui ne tiendront pas dix bornes. On poursuit du côté du quartier des anciens esclaves.


- J’connais celui qu’il vous faut.
- Un maréchal ferrant, pas un marchand !
- Oui oui justement !

Je veux pas avoir affaire à ces arnaqueurs qui tentent de refourguer tout et n’importe quoi au premier voyageur venu. Les chevaux dans ce monde sont essentiels, à moins d’emprunter la diligence, mais je préfère les voyages en solitaire et puis la diligence est une cible trop désignée pour les voleurs de grand chemin et les indiens renégats.

On finit par arriver sur une grand place qui grouille de monde. Il y a là des familles, métisses, mexicaines, asiatiques, des noirs et quelques blancs, plutôt rares parmi la foule bigarrée. Le gosse me montre une direction. Une grange à flanc d’une baraque de deux étages, et sur le côté j’aperçois déjà quelques chevaux. Je m’approche curieux, non sans avoir jeté un regard au type qui martèle à grand coup un fer sur une enclume et qui bosse devant la porte grande ouverte de la grange, son atelier je suppose.

Il y a trois chevaux dans l’enclos, un mustang, un quarter horse et même un appaloosa. Je les regarde tour à tour, puis mon regard revient sur le quarter à la robe alezan brûlé. Celui-là a l’air particulièrement robuste.

Le maréchal a fini par poser son marteau et c’est en s’essuyant les mains dans un vieux chiffon déjà noirci qu’il s’approche.


- Belle bête hein ?
J’hoche lentement la tête.
- Dressé ?
- Oui, le mustang est encore un peu sauvage par contre. Mais il reste vif.

Nouvel hochement de tête. On discute un moment tranquille et je finis par demander les prix. Le Quarter est le plus cher, mais je m’y attendais. De fait je trouve ses prix honnêtes. Je me doute que le fait d’être un homme de couleur ne lui rend pas les affaires faciles. Mais je paie sans rechigner et lui donne un supplément pour la selle et le harnachement.

Me voilà désormais avec une monture, un bel étalon alezan brûlé, un hongre à l’œil vif mais qui obéit au quart de tout à mes gestes. Je reviens gentiment vers le centre de la ville où j’achèterai quelques provisions pour le voyage, et une gourde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Ven 28 Oct - 19:32

C'était comme une cascade. Ou un cours d'eau qui tentait de se faire un chemin entre des  rochers. Elle s'échappait, glissant le long de ses parois nacrées pour finir sa course sur ce champs de coton. Selina émit une nouvelle grimace en regardant le ruissellement de transpiration de son compagnon de voyage. C'était bien sa veine! Devoir partager sa cabine avec un être aussi grotesque. Oh, il n'y avait pas que l'odeur qui émanait de lui ou les tâches brunes sous ses aisselles qui la ragoûtait. Les paroles qu'il n'avait cessé de lui lancer depuis que le train s'était lancé l'ennuyait au plus haut point. Il ne la laissait aucunement parler! Il était si impoli de monopoliser autant la parole avec une inconnue! Mais il ne se privait de lui faire des remontrances sur l'animal qui s'amusait sur les portes-bagages. Imbécile. Un bon coup de parapluie lui aurait fait le plus grand bien, notre dame n'en doutait aucunement. Pareil geste remettait souvent les idées en place. Ou faisait taire.

"Vous m'écoutez?"

"Pas le moins du monde."

"Pardon?" s'étonna l'incongru. Encore un qui n'avait guère l'habitude de voir une demoiselle des plus franches. Avec son col trop serré, son haut de forme et sa moustache ridiculement grande, sûrement devait-il faire parti de tout ces biens pensants qui agaçaient notre femme de science."Que d'insolence pour une femme!"

"Terminus ! Tout le monde descend !"

Sauver par le gong? En quelque sorte. Sans faire attention une seconde de plus à ce malotru, Selina attrapa sa valise, son parapluie et laissa son capucin lui sauter sur l'épaule pour sortir hors de la cabine. La gare grouillait de monde et il fallu demander son chemin pour connaître la diligence qui l'emmènerait jusqu'à Coloma.

"On a un problème avec une des roues, Madame. Vous allez devoir attendre demain. Je suis vraiment navré. Vous devriez aller voir à l'auberge du Sacré Coeur. C'est la plus convenable pour votre rang."

Mouais...Dormir parmi les puces de lit tout en écoutant ses voisins de chambre se disputer ou s'amuser bruyamment ne faisait pas partie de ses objectifs. Et Selina ne supportait guère devoir changer ses plans. Elle s'avança donc dans la ville, se frayant un chemin entre les badauds qui ne faisaient guère attention à elle malgré son étrange allure. On lui indiqua le maréchal ferrant. Pourrait-on lui louer un cheval? Cela se faisait dans certaines régions d'Angleterre, peut être qu'ici aussi? À peine fut-elle arrivé qu'un homme en sorti avec un étalon. Lui vint alors une idée.

"Vous allez où? Si vous allez à Coloma, je vous paie pour m'y emmener."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Ven 28 Oct - 22:01

Je n’ai pas fait trois pas que je me heurte quasiment à une bonne femme. Je pourrais croire  au simple incident quand celle-ci me balance à la tête sa requête qui sonne pratiquement comme un ordre. J’ai rarement vu un tel toupet ! Si bien que je reste un instant là, à la fixer les sourcils froncés, visage impassible, avant que mon regard ne se déporte légèrement sur la bestiole.

Mon visage affiche ma perplexité mêlée de méfiance. Je n’ai jamais rencontré un tel animal auparavant mais sa façon de retrousser ses babines en un rictus qui révèle de charmants petits crocs bien acérés me parait tout sauf amical.  

Mes yeux reviennent sur la femme, jeune, jolie, et ce regard déterminé. Je regarde ensuite derrière elle, cherchant le compagnon de la dame, quelqu’un ? Je regarde derrière moi, pour être sûr qu’elle me parle bien à moi. Bon sang comment sait-elle pour Coloma ? Quelqu’un serait-il sur mes traces ? Elle ?

J’apprendrai plus tard que Coloma est devenue la destination principale pour les voyageurs arrivant à Sacramento, hormis là où mène le chemin de fer, depuis que la compagnie a décidé d’étendre son tracé jusqu’à Coloma. Mais pour le moment, la dame attend sa réponse.  Je finis par briser le silence.


- Il y a une diligence qui y va, allez voir devant le télégraphe.

Et je m’apprête à m’éloigner quand une vieille femme rondouillarde à la voix habituée à diriger, interpelle la fille. Elle porte des vêtements de paysanne, avec le bonnet qui va avec pour protéger ses cheveux de la poussière, et tient à son bras un panier lourdement lesté de victuailles.

- Hey ma petite dame ? Moi et ma famille, nous devons justement nous y rendre. Si vous voulez, on a une place dans notre chariot pour vous.

Je la dévisage, l’expression impassible, avant d’affronter à nouveau le regard déterminé de la fille.

- Vous devriez accepter. Je ne ferai pas un bon chaperon, cette dame si.

Le ton est abrupt et les choses sont dites sans détour, comme à mon habitude.  Mais la vielle dame n’en a pas terminé.

- Et votre ami pourra chevaucher avec mon mari et mon fils et veiller sur notre sécurité à tous ! Vous avez des armes, vous savez donc tirer !

Cette fois je fronce les sourcils et lance un regard irrité à la vieille femme si perspicace, tout en tirant les pans de mon manteau sur mes colts. Je me dis que c’est un complot !


- Vous partagerez nos repas, et c’est moi qui régale ! Alors affaire conclue les enfants ?

Je cache mal ma contrariété. Moi qui pensais voyager en solitaire. Mais la fille n’a pas encore accepté. Si elle refuse, j’aurai plus à réfléchir. C’est alors que j’aperçois deux gamins qui chahutent à l’arrière du chariot sur lequel la veille femme pose son panier. Résigné, je réponds d'un ton rude.

- C’est d’accord !  J’espère que vous êtes prêts à partir ?

Ma question s’adresse autant à la vieille femme qu’à l’inconnue face à moi. J’ai pas l’intention de traîner dans cette ville pendant des plombes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Sam 29 Oct - 23:54

Il était un peu niais non? Ou alors il la prenait vraiment pour une idiote mais les deux revenaient au même. Il ne savait guère analyser une situation ainsi que son interlocuteur. Oui, Selina estimait qu'il fallait être dépourvu de tout bon sens pour la croire capable de rechercher une bonne âme prête à l'aider alors que la diligence était fonctionnelle! Avait-elle la tête d'une gourde? Non, ça non! Elle en était persuadée. Notre dame allait répondre lorsqu'une petite rondouillarde l'interpella. Une mère de famille, sans aucun doute. Selina les aimait bien celles-là. Certes, certaines étaient parfois trop autoritaires et dans le cas de sa nouvelle rencontre, poussiéreuses, mais notre jeune femme appréciait cette volonté de fer et le sang froid dont elles faisaient souvent preuves. Rien à voir avec les dames de la haute société qu'elles avaient l'habitude de voir et qui laissaient la tâche d'élever leurs enfants à d'autres.

"Vous êtes aussi grotesque que votre barbe. Le singe me sert de chaperon."

C'était vrai après tout! Elle n'avait plus l'âge de toujours devoir être en compagnie d'une autre femme pour sortir. D'autant qu'effectivement, le capucin intriguait tout autant qu'inquiétait. Le regard trop malin pour un homme sans doute. Ou les dents. De plus, Selina estimait que s'il devait y'avoir une attaque, fait qui n'arrivait sûrement que dans les récits de voyageurs romanesques, ce n'était point un homme seul qui la protégerait. Cet étranger se surestimait sans nul doute.

"Je viens. Merci, Madame."

Selina jeta son sac sur l'arrière de la carriole et grimpa dans celle-ci, s'asseyant prêt du bord. Elle n'avait aucunement envie de partager le siège de deux gosses qui allaient sans doute renifler et faire d'autres bruits étranges et répugnants. Certes, elle avait connu pendant ses voyages des situations plus embêtantes mais ce n'était point pour autant une excuse. Si notre dame pouvait les fuir, elle le faisait.

"Vous devriez apprendre à sourire." Oui, elle s'adressait à l'inconnu qui semblait ne pas connaître le sens de ce mot. Une insulte? Non, il n'y avait rien d'agressif dans sa voix. C'était un conseil. Un bon conseil!

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Dim 30 Oct - 9:07

L’insulte me fait plisser le regard, un regard qui la jauge sans broncher pour autant. Je la catalogue aussitôt parmi ces petites oies blanches rêvant d’aventure mais totalement inconsciente des dangers auxquels elles vont s’exposer. Quand elle accepte l’invitation de la vieille, je ressens un certain soulagement. Cette femme ne va pas faire long feu ici si elle insulte tous les inconnus qui passent et qu’elle les traite comme ses domestiques. Je préfère donc la savoir accompagnée, pour sa propre sécurité.  Et l’escorte ne sera pas de trop, même si l’idée de voyager avec ce groupe, avec cette personne en particulier ne me réjouis guère.
Je m’apprête à grimper en selle, le pied déjà à l’étrier quand elle me lance une dernière remarque. Je me tourne vers elle et lui répond, d’une voix de celui qui est habitué à être obéi et à obtenir le respect de ses hommes.


- Vous devriez garder vos « conseils » pour vous mademoiselle. Et cachez votre singe, si les indiens le voient, ils voudront le capturer, afin de le manger.


Là je me mets en selle et m’approche de l’avant du chariot, avisant un homme d’une soixantaine d’année, le type même du fermier avec son chapeau aux larges bords, ses bottes crottées et pantalons à bretelle. Il parle avec un homme plus jeune. Je lui donne tout juste vingt trente ans. Le fils sans doute, voir le père des gosses que j’ai vu à l’arrière. De fait je me demande où se trouve leur mère.

- Il parait que vous avez besoin d’aide pour escorter votre famille à Coloma ?

Voilà mon entrée en matière. Je n’aime pas passer par quatre chemin pour dire les choses. Le vieil homme se montre aussitôt sympathique, son fils est plus timide. Il me regarde presque avec crainte. Le patriarche est un irlandais, son accent est encore assez prononcé. Et lui aussi il repère le mien.


- Sudiste ?

Je hoche lentement la tête, me demandant si ça va être un problème. Les souvenirs de guerre sont encore récents, je suis bien placé pour le savoir. L’homme garde le sourire et se présente, il s’appelle Callum Forst, son fils Sean, et son épouse Ethel. Toujours pas de belle-fille dans le coin.

- Ah et les deux petits diables à l’arrière, ce sont Kiara la plus grande, elle vient juste d’avoir dix ans et Neil, sept ans. Mes petits enfants ! La prunelle de mes yeux. Alors va-ton pouvoir compter sur vous, monsieur ?
- Jones… Blueberry Jones. Vous êtes prêts à partir ?
- Yep ! on est fin prêt !

J’hoche la tête et c’est ainsi que nous nous mettons en route. Avec le chariot, on devrait en avoir pour deux jours ou trois au pire, et donc il y aura une halte à la belle étoile. On verra si notre petit gouvernement à l’arrière fera toujours la fière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Dim 30 Oct - 14:45

Ah non, décidément il n'était pas des plus fins d'esprits. Selina avait entendu beaucoup d'histoires sur les hommes de l'Ouest. On louait leurs courages, leurs virilités et parfois leurs manques de tacts qui fascinaient plus d'une demoiselle anglaise de bonne famille, mais il était vrai que jamais on avait entendu quiconque les qualifier d'hommes malins. Ce n'était sûrement pas ce qu'on leur demandait d'être. Et cet étranger illustrait parfaitement les pensées de notre jeune femme. On ne cachait pas un singe sous ses jupons comme on aurait pu le faire avec une valise. D'autant qu'il n'aurait que peu apprécié de se retrouver coincer dans une cage voire une caisse.

"Il est difficile de ranger un capucin dans son sac. Je peux toujours essayer de le plier en deux mais je doute qu'il apprécie. Et s'il reste un peu de place, je pourrais peut-être mettre votre étalon avec. Je suis persuadée qu'ils deviendront bons amis. Il y'a un jeu de cartes à leur disposition à l'intérieur."

De l'ironie? Vous êtes trop doux! Notre amie utilisait le sarcasme. Il l'agaçait déjà à lui parler comme si elle n'était qu'une enfant qui ignorait tout. Oh, elle savait qu'elle ne connaissait rien à l'Ouest Sauvage mais elle avait des savoirs et un esprit plus éclairé que ce barbu. Elle attrapa donc un livre, prête à se plonger dans un autre monde lorsqu'une voix enfantine l'interpella. Une gamine aux yeux clairs la regardait.

"Tu es un peu bizarre, non?"

"Et toi plutôt commune."

Ce n'était point de la méchanceté! Mais l'enfant en face d'elle ne se démarquait que par ses grands yeux bleus. Le reste n'avait rien de franchement éblouissant. Comme bien des personnes d'ailleurs. C'était un fléau qui touchait autant les pauvres que les riches.

"Veuillez l'excuser, elle n'a pas l'habitude de voir des gens de votre envergure. Mademoiselle..." s'enquit la petite rondouillarde qui, malgré ses excuses, donnait l'impression qu'il ne fallait pas aller plus loin dans les reproches à sa petite fille.

"Selina Forbes." son sourire se fit enfin voir.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Dim 30 Oct - 16:46

Je me fais la réflexion en m’éloignant de la fille, ignorant tout le bien qu’elle pense de moi, que je me fous bien de la façon dont elle planquera son singe, elle est idiote ou quoi ? Elle est dans un chariot, un chariot bâché, ça ne lui suffit pas pour le planquer ? Je me dis que si elle s’inquiète pour son petit compagnon, elle a tout intérêt à appliquer mes conseils et peu importe comment elle s’y prendra. Parce que j’ai pas non plus envie d’attirer l’attention sur nous à cause d’une maudite bestiole.

Mais j’ai vite fait de l’oublier tandis qu’on se met en route. Le soleil n’est pas encore à son zénith et la journée promet d’être très chaude. Nous avançons gentiment parmi les voyageurs, marchands et autres voitures attelées ou cavaliers, au rythme des bœufs qui tirent le chariot sans gros effort en direction de la sortie de la ville. C’est que les bestiaux sont vraiment costauds. Et du reste Callum m’explique qu’il a reçu un lopin de terre, de l’état et qu’il compte y faire l’élevage des bovins.


- Ils feront de bons géniteurs ! De solides bêtes, une race peut connue encore dans la région.

Callum continue ses explications sur l’élevage bovin. Moi je me concentre sur ceux qui croisent notre chemin, les regards qui se jaugent pour finalement voir les maisons se faire plus rares, de même que la foule des gens, pour ne laisser plus que place à la poussière. Cette première journée de voyage se passe sans heurt. Quand le soleil décline, j’ai déjà repéré une place à l’ombre de rochers qui feront un bon rempart contre le vent qui la nuit fraîchit pas mal.

Callum approuve mon choix et chacun s’attelle à monter un bivouac pour la nuit à commencer par préparer un feu, le tout orchestré par Ethel qui semble diriger toute la fine équipe. J’observe le tout de loin, après avoir abreuvé mon cheval et l’avoir nourri d’un peu de fourrage, une fois attaché au chariot. Puis je lui retire sa selle, et récupère la couverture qui me tiendra chaud pour cette nuit, et je vais m’installer aux abords du feu, non sans jeter un regard à la fille. C’est qu’elle a dû en déguster de la poussière aujourd’hui, surtout qu’on a chevauché devant. J’espère que ça l’a un peu calmée, ne serait-ce que les courbatures ressenties à cause des cahots du chariot.

Ethel elle ne semble jamais perdre de cette énergie qui l’anime. Elle prépare la tambouille, la broche avec un morceau de viande qu’elle a mise à rôtir, et lance la conversation.


- Alors messieurs,  pas trop fatigués ? Je suppose que vous mourrez de faim hm ?

A Callum elle adresse avec plus de douceur:
- Ça va ? pas trop mal au fondement ?
Elle a un petit rire, et je vois la belle complicité qui les lie.

- On meure de faim, et mon fondement ne se plaint pas trop ajoute-t-il à voix basse pour son épouse qu’il va embrasser. Et mademoiselle ? Ca va comme vous voulez ? Les gamins vous embêtent pas trop j’espère ? C’est votre premier voyage dans l’ouest ?

J’ai pas besoin d’entendre sa réponse pour savoir que oui. Y’a qu’à la regarder et l’entendre, surtout ! Je retire mon chapeau à présent que le soleil a presque entièrement disparu et en secoue la poussière avant de secouer ma tignasse pour la débarrasser de même de toute la poussière du chemin. En arrivant à Coloma, il faudra que je me trouve un logement, et je pourrai me prendre un bain pour me décrasser.

Je suis plutôt satisfait de cette journée. Nous n’avons pas croisé âme qui vive, coup de chance ou pas, c’est appréciable.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Dim 30 Oct - 18:17

Ce n'était pas le voyage le plus désagréable que notre demoiselle avait pu faire. Les marmots l'avaient rapidement laissés tranquilles. Ils s'amusaient avec le capucin, riant des pitreries qu'il leur offrait ou s'amusant à le chatouiller. Non, les escapades en train étaient bien plus incommodantes. On vous forçait à rester avec des imbéciles et ce en fonction de votre classe sociale. Selina n'avait rien contre la sienne mais la plupart de ses compères féminines ne pouvaient s'empêcher de jacasser en ragotant sur tout et n’importe quoi. Quand aux hommes, ils ne cessaient de l'ennuyer de remontrance sur ta tenue un brin trop excentrique pour une femme de son rang, ou alors sur ses lectures. Quand ils ignoraient qui elle était. Il suffisait de tomber sur une personne connaissant les Forbes et on ne lui lâchait plus la jambe pour lui faire des compliments à outrance. Non, la diligeance n'était pas si désagréable. Personne ne lui avait adressé la parole dès lors qu'elle avait vraiment fait mine de se plonger dans son roman de Jules Verne. Ce fut la secousse indiquant l'arrêt de la carriole qui lui fit lever le nez. Elle rangea le bouquin dans son sac et sauta hors du véhicule pour rejoindre les voyageurs. Sachant qu'elle serait inutile et que ses compétences en tâches domestiques étaient pitoyables, elle s'assit dans un coin.

"Effectivement, je ne suis jamais venue dans le coin."

"Vous avez déjà voyagé un peu ou ça aussi c'est tout nouveau pour vous?" lui demanda l'homme dont elle avait vaguement entendu le prénom. Callum...Cadoum...Il la regardait de bas en haut et Selina n'ignorait pas qu'elle l'amusait. Ce qu'elle pouvait s'en moquer.

"Je suis allée en Inde pendant près de deux ans."

"C'est où?" la question des gosses ne l'étonna guère même si elle ne doutait pas une seule seconde qu'aucune personnes ici présentes ne sachent réellement de quoi elle parlait.

"En Asie..." et aux regards dubitatifs, elle se sentie obligée de rajouter "vers la Chine." ce qui éclaira leurs lanternes vides.

"Tu faisais quoi là-bas?"

On ne pouvait faire autant plaisir à Selina qu'en s'intéressant à sa petite existence.

"J'accompagnais mon grand-père. Il faisait ses affaires pendant que j'étudiais la faune et la flore locales. Et de temps en temps je l'accompagnais à une partie de chasse aux tigres."

"Vous savez donc tenir un fusil? C'est pas courant pour une dame." le vieil homme avait arrêté de se payer sa tête, se fascinant un peu plus pour son récit. Les gamins lui demandèrent ce qu'était un tigre. Ce à quoi Selina leur tandis son carnet de croquis.

"Mon père n'a eu qu'une fille. Je sais donc tenir et utiliser un fusil. Maintenant, je suis bien piètre tireuse." ce qui n'était pas faux. Elle ne pouvait affirmer qu'il lui était facile de soulever l'arme et qu'elle avait toujours du mal à correctement voir de loin. Ce qui n'aidait guère à viser.

"C'est dangereux, les tigres?"

"Certains ont ravagé des villages! Mais ceux domptés restent plus agréables que certains de vos ours locaux."

Notre scientifique avait lancé un bref regard à l'inconnu qui lui avait lancé quelques œillades. Il l'agaçait.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Dim 30 Oct - 21:43

Bingo ! J’aurais dû parier. Mais quand elle parle de ce pays dont je ne connais que le nom et de chasse aux tigres, je lui lance un regard en biais. Elle a étudié la faune et la flore ? Allons donc, encore une qui pense que sa culture permet de traiter les autres comme des abrutis. J’ai bien vu sa manière de me regarder, comme si je n’étais qu’un imbécile. Bah voilà qui ne va pas m’empêcher de dormir ce soir. En attendant, moi aussi j’ai faim et je louche du côté de la broche.

Quand je perçois la remarque qu’elle semble m’adresser, je la dévisage sans amabilité.


- Vous avez raison, tout ce que vous avez connu avant, vous paraîtra mille fois plus agréable que ce qui vous attend ici. Ce monde n’est pas fait pour des gens qui comme vous, pensent pouvoir tout apprivoiser comme le petit singe que vous gardez avec vous. Vous devriez réfléchir à un moyen de rentrer chez vous, tant que vous êtes encore en vie.
- Allons, lui reproche doucement Ethel, tout en s’emparant des gamelles qu’elle remplit généreusement d’une sorte de soupe de patates avant d’y ajouter un morceau de viande délicieusement rôtie qu’elle vient de découper. Vous devriez manger un peu, cette journée a été fatigante pour tout le monde.

Je prends ma gamelle que je mange sans façon, alors que d’ordinaire je sais manger plus correctement. J’ai bénéficié moi aussi d’une certaine éducation, mes parents étaient des propriétaires fortunés, mais ce n’est pas pour autant que je méprise les autres contrairement à cette femme. Sauf que là, je n’ai vraiment pas envie de faire attention juste pour la contrarier un peu plus mais surtout parce que ouais, j’ai vraiment faim. Une faim d’ours !
Callum relance la conversation, non sans me lancer un regard mi amusé mi surpris.


- Ho ce monde n’est pas si terrible qu’on le laisse entendre. J’ai fait la guerre tout comme vous, monsieur Jones, et voyez, nous nous en sommes sortis. Il faut parfois un peu de courage et beaucoup de persévérance certes, mais je suis sûr que cette demoiselle parviendra à se plaire dans ce pays.

Il est gentil de vouloir la rassurer mais moi j’y crois pas. Justement, lui et moi c’est parce qu’on a fait la guerre qu’on est toujours là aujourd’hui, parce que ça rend les hommes plus forts, plus endurcis, et surtout plus réalistes. La vie définitivement ne s’apprend pas dans les livres. J’ai terminé ma gamelle en trois cuillères. Je la rends à Ethel que je ne manque pas de remercier.

- Merci pour le repas Madame, c'était délicieux !

- J’ai fait un peu de café aussi, vous en voulez ?

A vrai dire je préfèrerai un verre de Whisky, mais j’accepte ce qui m’est offert si gentiment.

- D’accord, j’en veux bien un.

Je prends la tasse et je déguste mon café laissant mon regard se perdre dans les flammes du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Dim 30 Oct - 22:40

Ses yeux le fusillèrent du regard tandis qu'il répondait à sa remarque. Oui, évidemment qu'elle était l'autoritaire! Ne lui avait-il par parlé comme à une enfant lorsque Selina lui avait demandé un peu d'aide? Sudiste hein? Des arriérés avait-elle entendu dire lors de son arrivée  à New-York. Des esclavagistes sans culture dont le seul intérêt était de répondre à leurs besoins les plus primaires. Et ce grâce à la souffrance des Noirs. Oh, il pouvait se vanter! Se sentir supérieur à elle!

"Ce monde n'est pas fait pour les idiots qui pensent que seule la force mène à tout. Vous devriez lire certaines théories évolutionnistes. Si vous arrivez à les comprendre évidemment. Ou encore si vous savez lire. J'ai entendu dire que les esclavagistes Sudistes étaient bien trop fainéants pour apprendre à décrypter l'alphabet et le faisait faire à leurs esclaves." elle allait lui mettre un coup de parapluie mais Ethel vint les interrompre pour servir leurs repas. Selina mangea silencieusement, un petit sourire moqueur aux lèvres. Oui, elle ne cessait de fixer ce sauvage juste pour l'ennuyer, le déranger. Et peut être espérer le voir partir de son entourage de fortune. Mais quelque chose lui disait qu'il était des plus coriaces et qu'elle ne s'en débarrasserait pas si facilement.

Le vieil homme tenta de la rassurer et Selina eu un sourire compatissant. Il était adorable malgré son prénom étrange. Elle n'avait pas besoin qu'on lui redonne confiance. Cet abruti de myrtille n'était qu'un imbécile plein de préjugés sur la haute classe sociale. D'ailleurs, ne pouvait-on pas être amère quand on portait le nom d'un fruit ridicule? Un pseudonyme? Il fallait être bien idiot et sans fierté pour se donner pareille appellation. Prise dans ses pensées, elle se mit à rire seule, attirant à nouveau l'attention sur elle. La future journaliste ne cachait aucunement qu'elle se payait la tête de son nouvel ennemi.

"Vous pourriez me dessiner?" lui demanda le petit qui avait remarqué des portraits dans son carnet.

"Bien sûr! Attends!" Selina posa la tasse de café qu'on lui avait donné pour prendre un crayon dans son sac et commencer à dessiner les contours du gamin. Au moins, elle n'avait plus à voir l'autre barbu et son regard dénué de vivacité.

"Je vous remercie pour le repas Ethel."

"Ce n'est rien ma petite. Je n'allais pas vous laisser mourir de faim."

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Dim 30 Oct - 23:47

Je soutiens son regard, elle qui se pense tellement plus intelligente que les autres  qui pense tout connaître de la vie parce qu’elle a lu des foutus putains de bouquin et qui par-dessus le marché prête oreille aux rumeurs. Cette dernière pique est de trop. Elle juge, elle assène, elle se moque et pire, m’insulte, sans rien savoir au fond. Sa culture est peut-être vaste mais elle ne sait rien, rien du tout. Elle a de la chance que je fais partie de ceux qui ne perdent pas facilement leur sang froid, et qui ne tuent pas pour un mot ou un pet de travers, elle serait déjà passée à trépas. Mais elle ferait bien de faire attention. Ma patience a des limites.

Je ne lui réponds même pas. Je termine ma tasse, puis déroule ma couverture et je m’y étends, tirant mon chapeau sur mes yeux. Elle peut bien mener ses grandes théories elle ne m’empêchera pas de dormir. J’ai appris à dormir au milieu d’un champ de bataille, j’ai appris à récupérer un peu de sommeil malgré les balles qui fusaient au-dessus de nos têtes, ce n’est pas une fille qui jacasse qui va changer cet état de fait. Demain on a encore une longue route à faire, autant se reposer un peu.

Avant de m’endormir, je lance à Callum, sans même relever mon chapeau.


- Réveillez-moi dans deux heures, je prendrai le relais pour surveiller les alentours.


Le fiston pourra prendre le dernier tiers. Dans six heures, quand le jour se lèvera, on lèvera le camp de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Lun 31 Oct - 12:30

[Je suis une quiche pour mettre de l'action dans un rp, désolée   ]

Ses yeux ne se levèrent aucunement du croquis lorsque l'imbécile parla à nouveau. Qu'il aille dormir. Au moins plus personne n'aurait à l'écouter. Lui et ses idées stupides. Et elle pouvait ainsi prendre plaisir à dessiner sans que ses oreilles ne saignent. Le gamin avait des traits fins plutôt simples à reproduire. Tout autant qu'il était immobile comme une statue, comprenant que pareille tenue l'aidait dans sa création. Mais Selina se demandait s'il n'en faisait pas un peu trop. Sa respiration n'avait rien de naturelle. Certes, elle aurait pu le lui dire mais il finirait par en avoir assez de s’asphyxier. D'autant qu'Ethel était venue se poser à côté d'elle, tricot en main.

"Vous êtes d'Ecosse, non? Vous avez cette façon typique d'enrouler les "r"...C'est un peu anarchique."

Sans doute allait-elle venir lui faire la discussion pendant un moment. Ce n'était pas bien grave. Notre dame appréciait les causettes tant qu'on ne lui faisait aucune remontrance.

"C'est exact. Vous êtes allée en Ecosse?

"Oh non...J'ai juste connu un écossais, dans mon jeune temps." la grand-mère lui fit un petit clin d'oeil. Plutôt dans son monde, Selina mit quelques minutes avant de comprendre et d'offrir un sourire amusée.

"Vous devriez songé à dormir. La route va être longue demain ma petite dame. J'dois avoir de quoi vous faire un oreiller."

"Ah, ça...Attendez." Selina retira ses jupons sans vraiment se soucier des rires de la fillette et des regards amusés de la rondouillarde. L'avis des autres lui avait toujours peu importé. Elle prit les tissus et les enfonça dans son sac. Autant laisser le coussin à la vieille qui était bien trop agréable pour que l'écossaise la prive d'un peu de confort.

"Viens m'aider, petite." elle s'assit pour que la gamine l'aide à retirer les multiples épingles qui tenaient son chignon. Une fois que ceci fut fait, Selina remercia une dernière fois la famille avant de se caler dans un coin de la carriole. Ce ne serait pas la nuit la plus agréable et elle doutait réellement s'endormir. Mais elle n'allait point taper du pied car personne n'avait songé à s'arrêter à un relais. Malgré ses airs, notre amie n'était point une ingrate.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Lun 31 Oct - 16:57

Je me suis endormi rapidement, sans plus prêter attention à ce qui se passe autour de moi. Deux heures plus tard, comme convenu, Callum me réveille et s’en va se coucher à son tour, enroulé dans des couvertures à côté de son fils. J’alimente un peu le feu, et je sors ma blague à tabac pour me rouler une cigarette que je fume dans la nuit paisible qui s’enroule autour de moi comme un manteau épais. J’apprécie ces moments où tout est si calme.

Le reste de la nuit se déroule sans incident. Sean a pris la relève et au matin, on commence à se mettre en mouvement mais d’abord café ! Nul voyageur ne saurait reprendre la route sans boire au moins un café. Et la boisson chaude passe plutôt bien parce que les nuits dans ce désert sont plutôt fraîches. Mais dès que le soleil sera là, on cuira à nouveau sous son écrasante chaleur. La température se réchauffe déjà au lever du jour. C’est le meilleur moment pour voyager.

Je prépare ma monture, replace la couverture, la selle et grimpe à cheval sans tarder. Et on reprend la route. La matinée s’écoule de même sans incident.  A ce rythme nous serons arrivés à Coloma ce soir. A midi Ethel réclame une pause. Je ramène ma monture vers le chariot, jaugeant ses passagers dont miss Jesaistout .


- Tout va bien là-d’dans ?

Ma question s’adresse à Ethel.

- Ça peut aller, il faudrait qu’on fasse un arrêt pipi et je ne serai pas contre faire une pause.

J’hoche la tête et je préviens.

- Faites gaffe aux serpents.


Je leur laisse imaginer le tableau d’un serpent planqué dans les herbes qui verrait leurs fesses roses venir lui faire de l’ombre. Le genre de problème qu’il vaudrait mieux éviter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Lun 31 Oct - 19:35

Finalement, ses paupières se firent assez lourdes pour laisser notre dame se faire enlever par Morphée. Ce fut un sommeil sans encombre. Le réveil fut toutefois plus compliqué même si l'orgueil de Selina n'en laissa rien paraître. Son bras était un brin engourdi, faute de matelas. Elle le massa discrètement même si les gamins et la vieille en faisait de même avec certains membres de leurs corps. Il ne manquait plus que l'autre barbu passe et voilà qu'il se payerait encore sa tête. Et notre scientifique n'était pas du matin. Ce fut en silence qu'elle se fit une natte, plus pratique en voyage qu'un chignon, et bu son café. Elle ignora Blueberry. Voilà une décision sage. Juste le son de sa voix agaçait notre amie. Et inutile de rendre le voyage aussi désagréable que la veille.

"Descendez vous dégourdir les jambes."

Selina ne se fit pas prier. Elle ne posa pas un regard sur La Myrtille, s'amusant de sa remarque sur les serpents. Pourtant cette dernière fut presque une prémonition puisque la petite ne tarda pas à pousser un hurlement, hurlant qu'un rampant l'avait effrayé. Son frangin attrapa une pierre et se rendit sur les lieux du désastre suivit de notre Ecossaise qui accrocha le col du gamin avec le pommeau de son parapluie pour le ramener en arrière.

"C'est un Pituophis catenifer soit un serpent constricteur non venimeux. Il ne te fera rien."

"Il peut nous mordre!"

"Toi aussi tu peux le mordre. Ce n'est pas pour ça qu'il vient te lapider."

La  réponse sembla étonner le gamin qui lâcha la pierre, ne sachant trop que dire ou faire. Selina se pencha alors sur la terrible bête qui n'était pas des plus immenses et l'attrapa derrière la tête pour la soulever.

"Regardes! Il a bien plus peur de toi que toi tu n'as peur de lui. Petit monstre."

"Euh...je...oui...Désolé...Je vais retourner m’asseoir Madame." et il fila. Selina parti mettre le rampant là où personne ne viendrait l'ennuyer avant de venir à côté du gosse.

"Je vais finir ton portrait." ce qui lui fit passer sa gêne. Il explosa d'une joie un peu trop poussée au goût de notre jeune femme puis prit la pose. Il se permit, cette fois-ci de lui faire la conversation.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Lun 31 Oct - 20:19

Je fais revenir ma monture au galop dès que j’entends le cri de la gosse. Le père derrière moi, et le grand-père et la grand-mère. Juste à temps pour assister à la leçon du jour de madame jesaistout. Je la regarde, stupéfait, saisir le reptile pour le montrer au gamin. Je fronce les sourcils et dès que les autres rassurés par le sort de la fillette sont repartis à ce qu’ils faisaient, je lui barre la route de mon cheval tandis qu’elle revient après avoir libéré le serpent.

- Bravo, dis-je d’un ton qui ne laisse pas vraiment deviner le compliment. Ca n’en est pas un. Vous leur avez montré que vous n’avez pas peur des serpents, brillante démonstration. A présent vous devriez aussi leur expliquer que la prochaine fois qu’ils en verront un, ils n’essaient pas de faire pareil que vous. Tous les serpents ne sont pas inoffensifs ! Et je doute qu'ils sachent faire la différence.

Je la fixe d’un regard acéré, mais avant de m’éloigner à nouveau, j’ajoute :

- Et ne sortez pas vos crayons, on repart dans dix minutes. Avec un peu de chance, on sera arrivés avant la nuit à Coloma Town.  Vous aurez le temps une fois sur place de jouer les artistes !

Il y a un rien d’ironie dans mes propos. Mais je vais finir par croire qu’elle le fait exprès !  Je m’éloigne à cheval, et j’en profite moi aussi pour pisser un coup dos aux curieux, avant de me remettre en selle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Lun 31 Oct - 21:06

Admettez que notre amie n'y était pour rien cette fois! N'avait-elle pas tentée de l'ignorer depuis son réveil? Mais il avait apparemment décidé de ne pas l'épargner. Quel enfant! Sûrement ne devait-il pas apprécié qu'on ne puisse pas se plier à ses volontés ou être effrayé par sa petite et ridicule personne. Oh, il était si intelligent! Plus qu'elle, sans aucun doute! Et voilà qu'il se montrait maintenant en homme plein de moral! Il était tellement mieux qu'elle. Alors pourquoi s'évertuait-il à continuer à poser ses yeux sur elle? Elle, cette dame bourgeoise si grotesque et immorale devait lui brouiller la vue dès qu'il posait le regard sur elle.

Selina rangea son carnet ses crayons à la plus grande surprise et au regret du marmot. Non, en aucun cas l'idée d'obéir à l'autre brute ne lui avait traversé l'esprit. Lorsque l'ours se remit sur son étalon, notre amie l'attrapa lui aussi par le col grâce à la tête pointue de serpent qui lui faisait guise de pommeau. Elle l'attira alors vers le bas, autant qu'elle réussit à le faire.

"Ecoute, Fruits des bois. Ma tête de bourgeoise ne te revient pas, soit. Mais tu vas être une bonne groseille et aller mûrir un peu. Loin de moi."

"Vous commencez à me fatiguer, tous les deux." s'éleva une voix féminine et plus qu'autoritaire. Mais Selina ne se retourna aucunement, trop occupé à fusiller le barbu du regard.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Lun 31 Oct - 21:27

Et voilà, on ose faire quelques remarques à la demoiselle et elle monte sur ses grands chevaux. J’aurai sans doute dû laisser les gamins jouer avec les prochains serpents qu’ils croiseront. Essayez de rendre service et personne ne vous le rendra !  Ca m’apprendra à vouloir aider les autres. J’aurai du l’envoyer balader dès que je l’ai vue se planter devant moi.
Ignorant Ethel, je lui arrache son horrible parapluie des mains à deux doigts de le balancer dans les buissons pour le geste qu’elle a osé faire. Au lieu de quoi je le jette au sol. Et là je la menace clairement, l’index pointé sur elle :


- Pour vous ce sera Monsieur Jones et si ça vous parait trop compliqué, évitez de m’appeler, ça sera encore mieux. Et recommencez encore une fois ce genre de chose avec moi et je vous colle une fessée devant les gamins pour leur apprendre comment on traite les demoiselles qui ne savent pas se tenir!

Je me tourne ensuite vers Ethel :

- J’ai accepté de vous escorter parce que les chemins sont loin d’être sûrs et qu’il y a deux enfants dans ce chariot. A présent j’ai dit que je vous accompagnerai, je tiendrai parole, mais faites- la se tenir tranquille ou c’est moi qui m’en charge.

Je lance un dernier regard peu amène à l’intéressée et cette fois je m’éloigne pour de bon, prenant un peu d’avance sur le chariot, je l’ai assez vue pour le restant de ma journée pour ne pas dire de ma vie. Cette bonne femme est insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Lun 31 Oct - 22:13

La menace lui passa au-dessus. Ce n'était pas seulement qu'il la prenait pour une idiote, il la considérait comme une enfant. Pourquoi? Elle était encore assez jeune, là où les années l'avaient déjà bien entamé? Simplement car elle était une femme? Ou était-il encore sur ses préjugés le persuadant qu'une demoiselle d'un certain rang n'était qu'une imbécile immature et capricieuse? Les trois peut-être? Il pouvait cracher sur les fortunés, son comportement n'était pas plus différent des hommes de la haute société. Méprisants envers la gente féminine et persuadés de leurs divinités.

Selina le laissa parler tout en continuant de l'assassiner du regard. Son parapluie? Elle le ramasserait mais en aucun cas elle ne se montrerait apeurée par des menaces pitoyables. Et notre demoiselle continua de lui lancer des œillades mauvaises lorsqu'il s'en alla. Un main se posa sur son épaule.

"Aller! Ignorez-le et le voyage continuera d'être agréable. Nous sommes bientôt arrivés."

Evidemment que c'était sa faute. Pauvre femme qu'elle était. Même cette vieille boulotte lui demandait d'avoir la conduite intelligente qu'elle n'avait cessé d'avoir depuis ce matin. Selina attrapa son parapluie et repartie se mettre dans la carriole où elle sortie un livre. Elle espérait que personne ne viendrait lui adresser la parole jusqu'à la prochaine halte. Et encore...

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Mar 1 Nov - 1:12

Quand on croise le premier chariot, je sais qu’on est presque arrivé. Bientôt on croise d’autres cavaliers qui parfois nous saluent et parfois on aperçoit là-bas une ferme, ou une autre bâtisse par ici. Le but est proche.

Depuis que la fille dont nous ignorons toujours le nom, m’a fait le coup du parapluie, je me suis tenu à distance. C’est plus sage, sait-on jamais si elle décide de me frapper avec son maudit parapluie. Pour moi c’est simple elle est dingue ou naïve et ne se doute pas dans quel monde hostile elle est tombée.
Je n’ose pas imaginer ce qui se serait passé si elle avait agi de même avec un de ces types qui sont à la recherche de la fortune facile, des brigands qui n’ont aucune pitié pour qui que ce soit. Mine de rien, je ne lui souhaite pas de tomber sur eux et j’aimerai seulement qu’elle comprenne qu’elle doit être plus prudente si elle veut survivre, beaucoup plus prudente.

Enfin bientôt elle ne sera plus ma préoccupation et sera sans doute soulagée de ne plus avoir à me revoir moi et ma face de myrtille comme elle dit. Je me demande où elle va chercher toutes ces conneries.


- Et vous ? Que ferez-vous une fois arrivé à Coloma Town ?

Callum me sort de mes réflexions pour me ramener au présent. C’est une sacrée bonne question qu’il me pose, sauf que je ne peux pas lui répondre, pas vraiment.


- Je suis venu y chercher du travail. On m’a dit que la compagnie du chemin de fer embauchait. Vais voir si j’trouve quelque chose.

- Ho ça c’est sûr que vous trouv’rez, vous avez l’air d’un solide gaillard. Et si vraiment vous n’trouv’rez rien, vous pouvez toujours venir me voir. On doit passer à la mairie en arrivant pour les papiers, et dès qu’on saura où s’installer, on bâtira notre nouvelle maison ! Et c’est pas le travail qui va manquer.

Je le dévisage un instant sans rien dire. Il a du courage le vieil homme, je l’admire pour ça, et pour le fait d’avoir sa famille à protéger, son fils…. Tout un avenir, même si le sien risque d’être un peu bref, c’est toujours ça de pris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Mar 1 Nov - 13:03

La lecture finie effectivement pas apaisée sa colère. Il lui fallu toutefois un certain effort de concentration pour réussir à ne plus penser à quel point elle détestait le barbu. Mais la fantastique épopée d'Axel Lidenbrock et son son étrange oncle réussie à ramener son esprit à des histoires plus intéressantes et bien moins stressante. D'autant qu'il n'était pas nécessaire de se miner autant pour si peu. Fruit des bois disparaîtrait de son existence aussitôt que la carriole serait arrivée en ville. Coloma n'étant plus une de ses petites bourgades aux rares habitants, il y'avait donc peu de chance ou plutôt de malchance que notre amie puisse le recroiser. Et si tel était le cas, qu'elle tombait nez à nez avec l'imbécile pas heureux, il serait plus simple de l'ignorer que lors de ce fâcheux voyage.

"Vous comptez loger où à Coloma?" lui demanda la petite rondouillarde qui continuait de tricoter avec une vitesse étonnante pour des doigts aussi fripés, usés par les travaux manuels.

"On m'a réservé une chambre dans une des auberges." la moins crasseuse lui avait-on dit. Même si notre dame n'avait pas en tête que les auberges de ville en pleine extension était pleine de vermines. Humaines ou animales.

"J'aurai pensé qu'vous auriez votre propre maison."

"Je ne reste pas. Il serait inutile et ennuyant de meubler une demeure que je revendrais d'ici quelques mois."


Elle allait poursuivre quand la carriole se secoua, faisant tomber ses occupants.

"La roue s'est empêtrée dans de la boue. Bien notre chance ça! On arrive presque et nous arrive un pépin!" s'agaça le dénommé Callum, Galoum. Peu importe. "Va falloir descendre le temps qu'on règle le problème."

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Mar 1 Nov - 15:32

En entendant Callum pester contre la malchance, moi qui chevauchais à l’avant, fais faire demi-tour à ma monture d’une simple pression sur ses rênes. Le cheval trottine jusqu’aux abords du chariot, mon regard cherchant ce qui ne va pas.
Callum est penché vers la roue arrière du charriot et quand je m’approche, il m’explique.


- Nous sommes enlisés dans la boue.

Moi qui croyais qu’il n’y avait que de la poussière ici. C’est le signe qu’il a dû pleuvoir il y a peu. Les bœufs tirent sur leurs harnachements mais Callum se redresse pour aller les retenir aidé de son fils.  Ethel a déjà compris le problème et descend du chariot avec les gamins afin de le délester. Ils vont devoir caler la roue pour sortir le chariot de là. En plus il semble bien enfoncé.

Callum confie les bêtes à Sean qui les maintient tranquille en leur parlant et en leur flattant le chanfrein à l’un puis à l’autre.


- Besoin d’un coup de main ?


Le vieil homme me sourit.

- C’est pas d’refus

Je descends de cheval et noue les rênes à l’arrière du charriot. Ici on ne prend jamais le risque de voir sa monture s’affoler et détaler au galop en laissant son cavalier à pied. A moins d’avoir un cheval bien dressé, mais lui et moi on ne se connait pas encore assez pour ça. Je retire de même mon manteau que je pose à l’arrière, et retrousse mes manches. On dirait qu’on va devoir se salir sur ce coup.

- Vous avez d’quoi caller ?

Il faudrait une voir deux planches, ou tout ce qui pourrait permettre à la roue de reprendre appui sur du solide. Le vieil homme hoche la tête, en tant que fermier il est habitué à ce genre de problème. Il sort une solide planche de dessous le chariot. Il s’agit à présent de la caler le plus possible sous la roue pour permettre à cette dernière de se hisser dessus et de sortir de l’ornière de boue dans laquelle elle est coincée. Callum s’apprête à se pencher pour faire le travail mais je lui prends la planche des mains.


- Allez voir les bœufs, et faites les avancer dès qu’vous dirai.

Autrefois, je le faisais souvent. Un chariot un peu trop lesté s’enfonce si facilement dans un sol meuble. Autrefois quand je faisais partie de ces propriétaires terriens qui participaient activement au travail ne se contentant pas de regarder faire les esclaves. Et là j’vais pas laisser un vieil homme s’épuiser à cette tache ingrate.

Je me penche et finis un genou au sol, à tenter de coincer la planche sous la roue. Il me faut faire de gros efforts pour y parvenir. Je glisse à la première tentative, me retrouvant les deux genoux maculés avant de recommencer, déterminé à y parvenir. La planche finit par tenir et je crie pour Callum.


- C’est bon ! Allez-y faites les avancer ! doucement, oui tout doucement !


Le fils et le père tirent sur les sangles des bœufs pour les aider à avancer et je pousse encore tout ce que je peux sur la planche pour qu’elle ne bouge plus et se fixe bien sous la roue pour lui permettre de sortir de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Mar 1 Nov - 16:16

Aider? Sûrement aurait-elle pu le faire si ses bras n'avaient pas été ceux d'une femme. Quand à dégager une roue...Ce n'était point dans ses cordes. Ses connaissances pratiques, car oui elle en avait aussi, n'avait rien à voir avec les méthodes de transport. Esprit peu pratique? Oh, Selina aurait sans aucun doute trouvé une solution si elle avait été seule ou avec des incapables. Mais ils se débrouillaient très bien sans, et elle ne serait qu'un poids.
Posée sur un rocher, notre jeune femme observait les hommes s'afférer, regardant leur stratégie pour sortir la carriole de cette vilaine boue. Son regard se posa sur Fruit des bois. Il devait adorer! Lui qui avait tant besoin de se montrer en sauveur. Un homme bon et parfait! Son épouse devait être des plus comblée. S'il en avait une, pareil caractère devait faire fuir même les plus dociles des dames. On évitait rapidement un visage plaisant lorsqu'il était associé à autant de mépris pour autrui.

"Donnez lui votre mouchoir. Il est plein de boue. J'ai donné le mien à mon homme." lui ordonna Ethel. Ce n'était aucunement une proposition ce qui agaça notre scientifique qui lança un petit regard mauvais à la vieille dame quand cette dernière fut de dos, allant voir son époux et son fils qui, avec l'affreux barbu, venait juste de dégager l'attelage. Selina l'observa et dissonance cognitive oblige, elle s'admit qu'il lui permettait de pouvoir rejoindre Coloma avant la nuit.
Avec un râle peu élégant et aucunement masqué, notre dame vint plaquer son mouchoir dans les mains boueuse de Blueberry.

"Ce n'est pas par gentillesse." et elle se sentie d'ajouter "Personne ne vous choisira sur les étales du marché si vous êtes plein de terre." avant de partir voir les gamins qui s'amusaient avec son capucin.


_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 94
Date d'inscription : 23/10/2016
Métier/Rôle : Justicier/Shérif
avatar

Blueberry Jones
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Mar 1 Nov - 17:17

Quand enfin la roue prend prise sur la planche et que je sens le chariot avancer un peu plus que d’un centimètre, je mets un dernier effort pour aider le chariot à avancer, en poussant sur l’arrière de la planche, et le chariot s’élance brusquement en avant, la roue se libérant enfin de son ornière non sans m’éclabousser le visage au passage.

Mais soulagé de ne pas nous retrouver coincé là pour une nuit de plus, je me redresse et m’essuie le visage couvert de sueur sous le chaud soleil du far ouest. C’est alors que je vois paraître dans mon angle de vision, la miss et aussitôt je me mets sur la défensive m’attendant à voir surgir avec elle son hideux parapluie.

Au lieu de quoi elle me donne son mouchoir. Je me retrouve alors bien bête et m’apprête à balbutier un merci quand elle m’assène une de ces piques pour lesquelles elle semble avoir développé un talent particulier. Sa remarque me comparant à la condition des esclaves vendus à l’époque sur la place du marché, fait étinceler mon regard de colère.

Mais je ne dis rien, ayant compris la futilité de l’exercice face à cette femme qui assène ses jugements et qui ne connait rien de moi. Si elle savait elle en ravalerait sa langue. J’ai alors une pensée pour Isaac, pensée émue pour l’un de mes anciens esclaves qui s’il l’avait entendue lui aurait lui-même fait ravaler sa langue. Mais je repousse très vite ce souvenir qui me sert le cœur parce qu’il va de pair avec celui de sa mort….

Mon visage retrouve son masque glacial, et je range le mouchoir trop propre dans ma poche pour ne pas le salir. J’aurai pu le lui rendre mais le regard d’Ethel m’en a dissuadé. Alors je récupère mon cheval et me remets en selle, secouant la tête refusant les remerciements marqués de Callum.


- Pas de quoi.

Et notre petit groupe se remet en route pour arriver un peu plus tard enfin, aux portes de Coloma Town. La ville est en effervescence, et marque par les façades bien entretenue des diverses boutiques et maisons qui jalonnent la grand rue, la prospérité de l’endroit. J’accompagne Callum et sa famille jusque devant le bâtiment principal de la ville, la mairie, et après une dernière poignée de main, je leur souhaite bonne chance.

- À vous aussi Monsieur Jones. Bonne chance. Mais nous nous recroiserons sans doute !

Il y a des risques oui. Cette ville n’est pas aussi grande qu’elle n’y parait. Et les nouveaux arrivants, on les repère facilement, tout comme moi….Je salue Ethel d’une main sur mon chapeau, et adresse un dernier regard à la femme, avant de me détourner d’eux pour prendre mon propre chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 23/10/2016
Né à : Dans les Highlands
Métier/Rôle : Journaliste
avatar

Selina Forbes
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   Mar 1 Nov - 19:31

L'agitation se fit de plus en plus présente lorsque les premières bâtisses de la ville apparurent. Les gamins se jetèrent alors à l'avant de la carriole, se plaçant derrière les conducteurs pour admirer cette bourgade qui allait être la leur à présent. Selina observa les badauds par dessus la rampe du fond à laquelle elle était accoudée. Ils étaient diverses. Certains semblables à de simples paysans, d'autres à des commerçant prospèrent et d'autres à de véritables vermines. Pour être polie, évidemment.

Les minutes passèrent rapidement avant que le convoie ne s'arrête. Selina en descendit, capucin perché sur l'épaule et attirant évidemment bien des regards et valise à la main.

"Tout va aller pour vous Mademoiselle?"

"Oui, bien sûr. Je vais aller me renseigner à l'épicerie pour savoir où se trouve mon auberge."


"Faite attention à vous. Aux plaisirs de vous revoir."

Selina remercia alors l'ensemble de la petite famille avant de traverser la rue. Elle avait ignoré le barbu. Inutile de s'ennuyer avec des salutations pour un imbécile qu'elle ne reverrait jamais.

_________________

La nature est tout ce qu’on voit, Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.  Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit, Tout ce que l’on sent en soi-même. —
Georges Sand
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La dernière étape [Selina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La dernière étape [Selina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Event IV.2 : Dernière étape avant le bûcher
» [Libre]Dernière étape avant la grotte
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La Dernière Maison Simple
» Mariage de Tritium et Selina qui aura lieu le samedi 28 avril.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild West :: À L'Ombre Des Potences :: Tombstone :: Archives des rps-
Sauter vers: