Partagez | 
 

 Terminus pour un nouveau départ [Violet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Dim 23 Oct - 16:45

San Francisco Sacramento, c'est fou ce que ça va vite avec le chemin de fer. Aujourd'hui en quelques heures nous sommes dans la capitale de la Californie avec sa vie trépidante. Sur les quais il y a un monde fou, des embrassades, des retrouvailles. C'est plus calme devant notre voiture, l'avantage de voyager dans le wagon privé de la compagnie. Boss m'interpelle.

- Occupes-toi des bagages et rejoins-moi chez Charly's

Je grogne mon assentiment en descendant à mon tour, trainant avec moi une sacoche de cuir que je lui tends. Je sais que ça il va la prendre avec lui. Tandis qu'il s'éloigne, j'avise un môme qui sert de bagagiste.

- Hep petit. Par ici.
Occupe-toi des deux malles. Tu les fais amener au 24 Main Street.

Quand je lui précise pour qui est la livraison et surtout que je lui file un dollar pour la course avec la promesse qu'il aura encore quelque chose à l'arrivée, ses yeux brillent et je souris en retour. J'ai été comme ça gamin, à m'émerveiller pour quelques penny.

Voilà une bonne chose de faite. Toujours déléguer ce que vous pouvez, n'est-ce pas boss ? Me voilà avec quelques heures à tuer et une grande ville à explorer. Humm Black, t'es vraiment né sous une bonne étoile et ce job est en or. Du sur mesure. Je jette un dernier coup d'oeil sur les quais et j'aperçois la silhouette que je recherchais. Après un geste d'intelligence discret comme un geste de poker, je m'éloigne en sifflotant et quitte la gare pour plonger dans la ville et ses ruelles si plaisemment bruyantes.

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?


Dernière édition par Samaël Black le Dim 23 Oct - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Dim 23 Oct - 17:54

Le train est une invention formidable. Avec Grand Maman on avait déjà fait des Boston-New York notamment mais là, j’ai fait un voyage Boston-Sacramento et je ne suis plus du tout certaine de vouloir recommencer une aventure pareille. Certes, j’ai voyagé en première classe ce qui a donné lieu à un confort non négligeable comparé aux autres individus qui sortent. Mais je me sens sale, poussiéreuse, courbaturée et je ne rêve que d’un bon bain chaud pour solutionner tous ces désagréments. Le problème c’est que je dois encore prendre la Diligence pour Coloma et j’ignore parfaitement où nous devons la prendre et à quelle heure. Tous ces détails techniques sont réservés à Mia. Moi, je crois qu’ils m’ennuient un peu. Au début, j’avais commencé à tout organiser mais les réponses sont si leeentes à venir… Bref, je me suis déchargée sur la bonne. J’apprendrai la logistique quand j’arriverai sur place et découvrirai mon logement.

Mia s’occupe de nos valises. Enfin de ses deux sacs de cuir et de mes quatre malles. J’ai été soft puisque je n’ai pas à m’inquiéter de l’argent. Grand Maman m’a légué plus d’argent que je ne saurais en compter. Si je pars à l’aventure c’est que la société bostonienne m’étouffait littéralement. Je voulais me sentir libre. Mais, soyons parfaitement honnête, entre vous et moi, je n’ai aucune fieffée idée de la valeur de l’argent. Etre institutrice me donnera simplement une position sociale, une petite aura et m’occupera en attendant de découvrir ce que je veux vraiment faire de ma vie. Enfin j’adore les enfants et j’aidais déjà les enfants de nos « amis » à Boston. J’étais une sorte de préceptrice. Je ne pars pas complètement à l’aveugle, tout de même.

Laissant Mia houspiller les hommes en charge de vider le train pour s’occuper de nos affaires en priorité, je m’éloigne discrètement. Je porte une robe de couleur aubergine, presque noire. Je suis encore officiellement en deuil et je tiens à respecter les conventions sociales en la matière. Quand à mes cheveux roux, sagement rangés en un savant chignon, ils sont cachés par une capote de la même couleur que la robe.
Quand je sors de la gare, voyant la population qui se meut visiblement habituée, j’ai le souffle coupé. Je n’ai jamais vraiment fréquenté que les beaux quartiers de Boston. La poussière, la saleté, le mendiant non loin de là… Même certains chevaux ont l’air malades. Doux Jésus. Voilà la vraie vie. Elle me fascine autant qu’elle me terrifie soudain. Sortir des sentiers battus d’avance pour moi ce n’est pas forcément évident. Je sens toujours cette barrière et j’ai peur, vraiment peur.

Peut-être bien que Mia avait raison. Que ma tenue me fait d’emblée passer pour une victime. Je sens une petite main tirer le ruban qui maintient mon chapeau. J’émets une faible protestation, car les scandales ne sont pas tolérés. Le chapeau disparait dans la foulée et je commence à m’inquiéter, le tournant pour interpeler celui qui a fait ça. On ne sort pas avec une tête découverte. Mais c’est pour mieux qu’un troisième m’arrache mon petit sac à mon poignet droit, où se trouvent une dizaine de dollars.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Dim 23 Oct - 22:02

Je me sens comme à la fête avec toute cette activité, ces jolies femmes qui passent dans les rues et donc je suis le balancement des jupes avec un intérêt certain. Mon regard est attiré par une jeune femme à quelques mètres de moi, elle semble un peu perdue, et à son habillement, on sait tout de suite qu'elle vient de l'est. L'expression d'effarement sur son visage de porcelaine me fait sourire quand soudain je vois une bande de gamins, l'entourer. Je connais ce genre de bande organisée et écoutant mon gène du sauveur de (jolie) demoiselle en détresse, je me mets en branle immédiatement. Je ne peux pas sauver le chapeau mais ma main se referme sur le poignet du môme pour récupérer le sac de la dame.

C'est pas à toi ça.

Pas chien, parce qu'il faut bien qu'il vive ce mioche, je le laisse partir

Allez file

Il fera mieux la prochaine fois, la leçon n'est pas trop rude, il n'aura pas affaire eu shérif. Je m'approche de la jeune femme au cheveux de feu dont quelques charmants frisons follets s'échappent de son chignon strict qui n'est plus protégé par sa capote et je lui tends son petit sac du bout des doigts.

C'est à vous je crois, M'amzelle.

Je saisis mon chapeau entre l'index et le pouce en un simulacre de salut, mon regard pétillant et moqueur la dévisageant tandis que je me présente.

Samuel Black.
Auriez-vous besoin d'aide ?




_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Lun 24 Oct - 4:03

Je me tourne vers l’inconnu, mon sauveur et un sourire vient illuminer mon visage. Le soulagement et la gratitude m’étreignent le cœur. J’imaginais déjà les cris, les soupirs et les reproches de Mia comme quoi elle m’avait assez prévenue. Un chapeau, c’est fort peu cher payé au final. Quant à l’argent dans le sac… Au pire, j’en ai bien assez d’autres je suppose.
Je me fige presque quand je le vois sourire aussi. C’est quelque chose que, dans la bonne société de Boston, on se garde bien de faire en temps normal. C’est uniquement quand on connait bien et les personnes, et encore, c’est du bout des lèvres. Il faut savoir rester policé en permanence, c’est mieux.
Comme d’habitude, comme à chaque fois que je suis surprise, je me mets à rougir violemment et bafouille un pitoyable « merci » qui ne restera pas dans les annales.


Je m’… suis… Violet. Casey-Worden.

Ce nom de famille, interminable, source de fierté pour ma grand-mère, est une vraie plaie pour moi. On ne me prend jamais au sérieux avec. Ça sent d’emblée la bonne famille et la jeune fille qui ne connait rien à la vie. C’est vrai et j’en ai l’amère conscience. Ce n’est pas pour rien que je suis ici et que j’attends la diligence. Je veux apprendre à être normale. Je veux vivre comme tout le monde et non pas devoir cacher tout ce que je pense ou ce que je désire. Je veux… tout.

je vous remercie Monsieur Black. Sincère. Du fond du cœur.

j’ouvre ma bourse pour y chercher quelques billets à lui donner en remerciement. Bon apparemment j’ai plus qu’une dizaine de dollars puisque déjà je vois deux billets avec un 10 dessus. Au temps pour moi. J’extirpe 5 dollars que je lui tends avec un sourire de gratitude.

S’il vous plait. En remerciement.

Je regarde autour de nous et le brouhaha de la rue me bloque presque. J’ai besoin d’un nouveau chapeau, absolument, avant de partir. Et surtout avant que Mia ne remarque l’absence du premier.

Vous ne connaitriez pas un chapelier à tout hasard ? Je ne peux pas rester tête nue. C’est très inconvenant.

Je rougis parce que je réalise que du coup, là, je suis inconvenante. Je suis mortifiée et je pose une main gantée sur mes joues trop rouges et bouillantes de honte.

Je suis consternée. Veuillez m’excuser Monsieur Black… je ne voudrais pas que vous croyiez…

Qu’est ce qu’il pourrait bien croire le pauvre ? Que je suis une pauvre sotte ? Ca semble déjà bien assez évident comme ça. Alors je préfère me taire et, mordillant ma lèvre inférieure, je cherche s’il n’y a pas un chapelier aux abords de la gare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Lun 24 Oct - 10:29

Le bégaiement et les rougissement de la jeune femme me font sourire.  Voilà que son teint est assorti à ses cheveux. Elle me sort du Monsieur, et un nom à rallonge dont je ne retiens que le prénom, Violet. A mon avis, ses parents auraient du l'appeler Carmine ou Cramoisie, ça aurait été plus dans les tons.

Elle me tend un billet comme à un boy, mazette 5$, vlà la bourgeoise pleine aux as, une ruée vers l'or à elle toute seule si j'en juge par le contenu de son sac à main. Alors je joue le jeu, me fendant d'une petite courbette moqueuse en saisissant le billet que j'empoche sans état d'âme.

J'vous en prie.
Un chapelier, bien sur. Je comprends.
Par ici Mademoiselle Violet.


Je lui tends mon bras, non sans galanterie, et la guide tout en faisant la conversation. Je ne sais pas où se trouve le chapelier pour dames mais je sais qu'il y a une rue avec les boutiques, c'est par là que je me dirige.

Vous en faites pas. Les grandes villes de l'ouest sont sauvages pour qui arrive de l'Est.
Vous venez d'arriver n'est-ce pas ?
Vous vous ferez vite à l'ambiance locale, moins vite à la poussière.
Qu'est-ce qui vous amène à Sacramento ?


Avant de traverser, je retiens la jeune femme par le bras pour laisser passer une carriole qui fonce, puis je l'entraine derrière moi à grand pas pour traverser la rue.

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Lun 24 Oct - 19:31

Il m’appelle Mademoiselle Violet et je me fige, horriblement gênée. Encore plus qu’il y a un instant. Si j’étais rouge, je mise désormais sur le violet ou quelque chose qui tire même sur le bleu parce que j’ai dû arrêter de respirer sous le choc. A Boston, quand on appelle quelqu’un « mademoiselle » suivi de son prénom, c’est une fille de mauvaise vie. Je sais que dans l’Ouest les choses sont bien différentes et je suis certaine aussi de ne pas être accoutrée comme ces demoiselles sans vertu. Mais mes oreilles sifflent un peu sous l’offense involontaire de l’homme.
Pourtant, on m’a prévenue. Je savais que j’allais m’entendre nommer ainsi, notamment par les enfants. Mais ça fait toujours un choc pour mon pauvre cœur, contre lequel s’est pressée une main qui voulait s’assurer qu’il batte toujours.

Je finis par saisir le bras, posant délicatement ma main gantée au creux du coude. Il y a bien longtemps que je n’ai pas tenu le bras d’un inconnu. Je glisse un regard vers lui. Il est bien plus grand que moi et il est habillé comme ces gens de l’ouest. C’est étonnant. A Boston, on le prendrait pour un excentrique, mais ici, apparemment, pas du tout. Pourtant nous vivons dans le même pays. Et il y a tant de différences d’une ville à une autre.


Vous savez que je suis de l’est à cause de mon accent, c’est ça ?

Les gens de Boston ont un accent très particulier à ce qu’on m’a dit. J’ai toujours pensé que je parlais normalement, jusqu’à ce que Grand Maman m’emmène à New York pour faire mon trousseau. Là-bas, entre deux immigrés, les américains ont un anglais plus… lisse, moins rugueux. Difficile d’expliquer mais j’ai compris, en entendant leur accent. Quand j’ai parlé, ils ont ri en m’appelant Miss Boston.

Je confirme donc à Monsieur Black ses affirmations. Alors même qu’il me sauve d’un accident. A Boston, les carrioles sont tenues d’avancer au pas, sauf les ambulances, mais les hommes tournent une manivelle qui déclenche une espèce de cloche au son très caractéristique pour prévenir de leur passage. Il en va de même pour les pompiers. Je l’interroge donc, tout en tapotant le bas de ma robe pour en chasser la poussière avec ma main libre. Je sens que je vais souvent faire ce geste désormais.



N’y a-t-il donc pas de règles pour la bonne circulation en ville ici ?

Mais oui. Vous avez raison. J’arrive de Boston. Je descends du train. Sacramento n’est qu’une halte de quelques heures. J’attends la diligence.

Je fais attention aux bons conseils de Mia. Je ne lui donne ni ma destination, ni la raison de mon voyage. Elle m’a dit que ça pourrait attirer de mauvaises intentions. J’ignore ce que ça veut dire mais je veux bien la croire. Oh j’ai confiance en ce monsieur qui vient de me sauver par deux fois. Entre mon sac et la carriole, je lui dois définitivement une fière chandelle et je tiens un peu plus fermement – mais toujours avec la correction la plus élémentaire – son bras.

Et vous Monsieur Black ? Êtes vous né dans ces contrées sauvages ou avez-vous déjà traversé des villes plus… policées ? Que fait-on à Sacramento ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Mar 25 Oct - 7:26

Votre accent ?
Oui ça aussi. Mais surtout votre allure.

A son regard interrogatif, je me sens tenu de préciser

Vos habits, ce n'est pas la mode d'ici. On voit que vous êtes plus apprêtée, plus...sophistiquée.

Sa remarque sur la circulation alors qu'elle a manqué se faire renverser me fait rire.

La seule règle c'est que les plus gros gagnent. Autant dire qu'il faut faire attention où on traverse Miss. Tenez, regagnons le ponton là-bas. Il borde la rue commerçante.

Le ponton, ces petits trottoirs de bois propre au farwest afin de garantir les dames de la poussière et de la boue. Seules les rues et les maisons les plus importantes surélevées ainsi, les autres étaient condamnées à balayer éternellement. Mes éperons claquent sur le bois, doux bruit à tout oreille de l'ouest. L'essence même du monde sauvage.

Hé bien figurez-vous que je suis né à Boston, Miss. Dès que ma mère a posé le pied au sol en sortant du bateau. Mais je n'y suis guère resté, mes parents ont entrepris sitôt après la traversée qui nous a mené à Portland. Pour le reste, j'ai été à San Francisco, une ma foi assez grande ville et qui ne cesse de grandir, et j'étais il y a peu à Baltimore.
Où comptez-vous vous rendre, Miss, si ce n'est pas indiscret ?

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Mer 26 Oct - 8:24

Mon allure ?

Je relève mon nez vers Monsieur Black, avec de grands yeux étonnés. Je note, une fois encore, combien il est vraiment grand tout de même. Elle avait quoi mon allure ? Je veux dire, ma tenue est exactement à la dernière mode et il n’y a aucune faute de goût, sachant que je porte toujours officiellement le deuil. Je ne comprends pas où il veut en venir, jusqu’à ce qu’il explicite ses propos.

Mais… Ce n’est pas bien ?

Je m’arrête un instant, perplexe quant à sa remarque. A Boston, on attendait de moi d’être un modèle. De beaucoup de choses. De bonne éducation. De vertu. De piété. De bon goût en matière de tout ce qui faisait une femme accomplie, dont la mode. Et maintenant non ? Je triture nerveusement le camé que j’ai à mon cou et qui ferme le col de ma robe.
Je vais devoir songer à refaire ma garde-robe. En soi, ce n’est pas un problème. C’est toujours fascinant de commander de nouvelles choses. En tout cas, j’aime beaucoup ça. Mais le gros de mes affaires arrivera d’ici quelques semaines de Boston et je me demande ce que j’en ferai le moment venu. Je ne voudrais pas dépareiller dans le paysage local, quitte à passer pour une de ces… Paysannes, histoire de ne pas perturber les gens.


Comme nous gagnons le ponton, je m’inquiète aussi de ça.

En est-il donc ainsi dans tout l’ouest ? Devoir marcher sur des pontons sous peine d’être crotté ? On ne pave pas encore les rues ?

Je me mords la lèvre, inquiète de l’allure que j’aurai. J’imagine déjà le pire, me voyant couverte de boue jusque dans les cheveux.

Je vais devoir m’acheter un cheval. Et peut-être monter de façon… Cavalière.

ça me fait rougir jusqu’aux oreilles. On m’a toujours interdit de monter comme les hommes et je ne sais monter à cheval qu’en amazone. Mais ici, je sens que ça en choquerait beaucoup apparemment. Je vais devoir reconsidérer plus de choses que je ne l’aurais imaginé.
Heureusement, la suite de notre conversation m’arrache un sourire, d’une oreille à l’autre.

Un compatriote ?

Quel soulagement ! Peut-être ne s’est-il jamais réellement arrêté à Boston mais tout de même. Ça nous fait un point commun et c’est comme un soulagement pour moi. C’est une sorte de visage familier d’une certaine façon. Je ne sais pas si ça va bien l’enchanter le pauvre homme mais moi, je me raccroche au peu de choses que j’ai encore. J’ai laissé tellement de choses derrière moi. Je ne le regrette absolument pas, mais à mesure que je vois Sacramento, j’ai peur de l’avenir. Peut-être que je ne suis pas faite pour cette vie plus sauvage et brute.

Mais que de voyages Monsieur Black !

J’ignorais qu’on pouvait en faire autant dans une seule vie. Je lui lance un regard plein d’envie et d’admiration. C’est tellement fabuleux. C’est le désavantage d’être une femme. Ce genre de vie est interdit ou nous contraint à l’infamie d’être regardée comme perdue aux yeux de la vertu.

Je me rends à Coloma où on m’attend pour inaugurer une nouvelle école Monsieur Black.

Il y a de la fierté en moi. En vrai, ils m’attendent aussi et surtout parce que j’ai promis, en échange de ce poste, de fournir les livres pour les élèves, à titre gracieux. Sinon, qui aurait engagé la jeune femme de 25 ans que je suis. Je ferme un instant les yeux en y pensant. C’est vrai ça. Personne ne s’intéresse jamais à moi que pour ce que je peux apporter, en général financièrement. Je manque de trébucher avec ma bonne idée de fermer les yeux et heureusement que je me tenais à Monsieur Black pour éviter de m’humilier pour de bon. Heureusement, nous voilà à la boutique dans laquelle j’entre.

Ma joie s’efface presque de suite en voyant les… les chapeaux ? Apparemment, la mode ici a une vingtaine d’années de retard et mon plaisir laisse place à l’effarement. Heureusement que je suis d’une nature optimiste et joyeuse en temps normale.

Je crains, Monsieur Black, de continuer à vous embêter. Mais je vais sûrement avoir besoin de vos conseils éclairés en matière de… de… mode locale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Jeu 27 Oct - 8:58

La demoiselle m'amuse avec ses mines effarouchées. On croirait que c’est elle la provinciale, les rôles sont inversés. Je me fait galant, par jeu.

Si vous n'aimez pas monter à cheval, vous pourrez sans doute vous procurez un petit cabriolet et un cheval à atteler. Mais si je peux me permettre, je vous conseille avant tout une solide paire de bottines, ici la poussière prévaut, au mieux.

Je souris, aimable envers la jeune femme accrochée à mon bras.

Je suis le meilleur conseiller en matière de mode que vous trouverez à ...trois pas à la ronde.

C'est presque vrai si on tient compte de mon expérience avec les Belles de Jour, et de Nuit. Quoique je suis plus doué pour le déshabillage que l'habillage mais ça me donne une connaissance étendue des dessous féminins. Enfin... là on parle de chapeaux bien sur.
La destination finale de Violet me fait hausser un sourcil, amusé par la coïncidence.

C'est amusant, je me rends moi aussi à Coloma Town. Pour mon travail.
La compagnie de chemin de fer, Miss. Le chantier a avancé près de Coloma.
Dans quelques mois la ville sera raccordée, soyez en sur. Ça épargnera de pénible voyage en diligence.


Avant que le vendeur occupé avec une autre cliente n'arrive, je désigne un des chapeaux posé sur une étagère. Une capote à rubans dans le style des dames de Sacramento.

Pourquoi pas celui-ci. Voilà qui pose une institutrice dans ses fonctions, vous ne trouvez-pas ? Essayez-le pour voir.





_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Jeu 27 Oct - 10:51

Oh mais je monte à cheval.

Je dis ça avec une pointe de fierté. Ce n’est pas très distingué, parait-il, pour une dame. Mais Grand Maman, qui avait été en voyage de noce en Angleterre, avait appris à monter là-bas et trouvait ça à la fois pratique et intelligent. Les dames aussi devaient pouvoir se mouvoir rapidement.

Seulement je monte en amazone et je crains que je ne passe donc une fois encore pour trop… Sophistiquée.

Ce mot m’arrache une grimace. Il sonne ici comme une insulte, alors que là-bas, c’était un compliment. Cette différence me brusque un peu mais je sens que je vais devoir m’habituer à cet état de fait.
Par ailleurs, je note soigneusement dans ma tête les conseils de Mr Black. Je me demande comment est cette ville de Coloma. Bêtement, je m’imaginais un petit Boston mais rien que Sacramento, ça me fait comprendre que pas du tout. Bottines. En soit, ça, ce n’est pas gênant. Et apparemment, ici, pas de froufrous dans les jupes, on peut porter des chemisiers aussi, et non pas que des robes. J’ai un frisson d’appréhension et d’excitation à la fois. C’est comme aller à un bal costumé mais… permanent en fait.


Monsieur Black, vous semblez destiné à donc devenir mon sauveur perpétuel. Je crains de terriblement détonner dans ce monde. Mais j’aspire sincèrement à une nouvelle vie et plus de … liberté. Mais je n’avais pas imaginé que ça signifiait changer aussi toutes mes habitudes.

Je suis fascinée par tout ce qu’il me dit. Travailler pour les chemins de fer. Ça expliquait pourquoi il voyageait autant. C’est merveilleux en fait. Etre payé à voyager. J’aimerais être un homme pour en faire autant.

Je n’ai jamais voyagé qu’en chemin de fer. Mais après tout ce temps entre Boston et Sacramento, je suis soulagée de changer de mode de transport. Peut-être que la diligence va me faire regretter ce que je viens de dire ? Est-ce donc si pénible que ça ?

En tout cas, déjà, la diligence m’a obligé à voyager séparément de la plupart de mes affaires. Aucune n’aurait pu prendre en charge l’intégralité de ma garde-robe et de ma bibliothèque personnelle. Il me tarde que le train vienne alors à Coloma, histoire de simplifier mes achats prévus. Quand je vois la mode à Sacramento, je crains le pire là-bas. Et je préfèrerais pourvoir à mes besoins vestimentaires ici. Question de … goût, je suppose.

J’attrape la capote qu’il me désigne. Tous ces rubans… Seigneur. Heureusement, j’ai une boite pleine de jolis rubans dans mes affaires. Je l’essaye, nouant les rubans sous mon menton et venant voir dans un miroir mon reflet. Clairement, je vais avoir du mal avec la mode. Je sais qu’ici, on m’a dit que les femmes n’en portaient que de simples, voire parfois que le dimanche pour l’office. Je ne sais pas bien ce que je veux. Mais il me faut un chapeau. J’attends donc son verdict.

Il m’en faut un noir aussi. Je porte le grand deuil. Il me reste encore un mois à honorer la mémoire de ma Grand Maman, voyez-vous.

Quitte à ce que je porte cette chose, soit, mais je ne vais pas sortir d’ici dans une robe sombre et une capote enrubannée. Il y a des limites au mauvais goût.

Voyagerons nous ensemble Monsieur Black ? Jusqu’à Coloma ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Ven 28 Oct - 8:59

Je m'amuse des inquiétudes de ma citadine trop civilisée pour l'Ouest même si elle aspire à plus de liberté. Ici elle va être servie, mais j'ai idée qu'elle ne sait pas le moins du monde ce qui l'attend. La liberté a toujours un prix. Pour ma part, je le paye de bon cœur.

mais c'est très bien d'être sophistiquée. Est-ce que vous n'êtes pas ici pour apporter un peu du monde civilisé et rendre l'Ouest un peu moins sauvage ?

Le ton est légèrement moqueur devant sa grande mission. Moi j'aime l'ouest comme il est. La civilisation me donne de l'urticaire et c'est pas bon pour mes affaires. Je ris en la regardant mettre le chapeau, pas convaincue. Je ne le suis pas non plus. Je le dis franchement sans m'embarrasser de précautions oratoires et je lui désigne un autre chapeau.

Non celui est affreux. Ôtez-le. Tenez, celui là. vous en pensez quoi ? Il est plus sobre.
Assez sombre pour respecter votre deuil, Miss, mes condoléances.


Je dis ça comme si je commandais un paquet de réglisse dans une épicerie. Un brin trop joyeux sans doute, pas assez compatissant. De nouveau, je ris à sa naïveté rafraichissante.

Oh oui, vous allez regretter le train, vous savez qu'il y en a pour trois à quatre jours de route n'est-ce pas ? Vous allez loger dans des relais. Moi, j'y vais à cheval, ça me prendra moitié moins de temps, Miss. Je dois aller préparer l'arrivée de mon patron là-bas.



_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Ven 28 Oct - 11:30

Je le regarde avec un étonnement non feint. Mais. Non. Loin de moi de vouloir juger. Est-ce qu’il se moque ou est de ce la condescendance contre les gens de l’est ? J’ai du mal à saisir si c’est un trait d’humour ou une pique. Peut-être bien une question sincère. Je secoue vivement la tête.

Oh mon. Je viens simplement apporter ma pierre à l’édifice de ce pays, rien de plus. Je ne veux apporter que de l’éducation aux enfants pour leur offrir le meilleur avenir possible et surtout plus de choix. S’ils souhaitent cultiver comme leurs parents, soit. Mais s’ils rêvent de devenir avocats, je veux les mettre sur le bon chemin. Voilà tout.

à vrai dire, les enfants ne sont qu’un prétexte. Je pourrais tout aussi bien laisser apparaitre que je suis rentière, héritière de la colossale fortune des Casey-Worden. Mais les gens me regarderaient ici comme ils me voyaient à Boston. Un trophée. Un accès à la richesse. Ce ne serait pas moi qui les intéresserait mais mon argent. Et cette idée me chagrine. Peut-être que je laisse transparaitre un petit pécule personnel mais je veux qu’ils apprennent à me connaitre moi.

Affreux ? Oh quel soulagement, Jésus.

Je pose une main sur mon cœur. Au moins, je n’aurais pas besoin de me sentir déguisée ou humiliée à chaque fois que je sors. Je l’ôte, essaye celui que Monsieur Black me désigne. Déjà, ça passe mieux, effectivement.

Savez-vous si l’on trouve le même genre de service à Coloma ? Couturière, chapelier, gantier ? Ou si je vais devoir me fournir à travers ces… Rha… Comment est ce mot déjà ? Ah oui. Catalogue ?

Je relève mes yeux bleus vers lui, armée du nouveau chapeau.

Ne vous inquiétez pas Monsieur Black. Grand Maman a eu une belle vie. Et je ne serais pas là si elle avait encore un souffle de vie. Je ne dis pas que son absence me manque mais… Son trépas était la clef de ma liberté.

Du moins tant que mon père ignore où je me trouve. Il était tellement fâché à l’ouverture du testament. Seigneur. J’ai cru qu’il allait me frapper. Je lui ai alloué une rente qui lui permet de maintenir sa vie de débauche, loin de moi. Mais je ne doute pas qu’il cherche après moi dans le but d’une plus grosse somme ou alors carrément d’un chèque. Et je n’y tiens pas du tout. Le problème, c’est que je manque cruellement de volonté et de courage, surtout face à lui.

Loger dans des… Relais ?

ça me parait absolument horrifiant. Heureusement que je voyage avec ma bonne parce que ma réputation aurait pu être perdue. C’est long trois jours et demi pour un tel trajet.

Monsieur Black, j’ose espérer que vous ne considérerez pas ma demande comme abusive mais… je ne peux décemment pas faire trois ou quatre jours de voyage à cheval mais enfermée dans une diligence avec de parfaits inconnus… Je pourrais alterner. Mais pour ça je dois me procurer un bon cheval, pour faire une partie du voyage à côté de la diligence. Et une tenue d’équitation bien sûr. Pourriez vous m’aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Ven 28 Oct - 19:12

Le soulagement de la jeune femme quand elle ôte ce chapeau meringué me fait rire. Je dodeline de la tête en l'écoutant parler de sa grand-mère (ou de sa mère ?), mon esprit dérivant en écho à ses paroles. je sais de quoi elle parle, je n'aurais peut-être pas eu le courage de m'arracher à une vie d'ennui sans Jack et Sunny. A trois et pour des garçons c'était bien plus facile de braver tout ce que nous connaissions, de nous jeter dans l'inconnu. Je pense à ma soeur cadette qui de nous trois était la plus aventureuse et a pourtant du se contenter d'une vie rangée. Je demande à brûle-pourpoint à Violet.

Vous avez des frères et soeurs ?

Je n'attends pas de réelle réponse et pendant qu'elle règle ses achats, je réponds à ses questions sur Coloma.

Je ne suis encore jamais allé à Coloma mais il y a souvent une couturière dans ce genre de ville et vous pouvez commander à l'épicerie des produits de Sacramento ou de San Francisco.

Je me frotte la barbe dans un signe de réflexion. J'hésite avant de proposer.

hé bien, oui j'peux vous procurer un cheval et il y a surement une boutique de vêtement dans cette rue. Est-ce que vous montez bien à cheval ? Parce que dans ce cas, vous pourriez faire la route avec moi et faire expédier vos malles. En un jour et demi, deux au maximum, nous serons à Coloma. Mais si vous ne vous sentez pas de chevaucher si longtemps, mieux vaut vous en tenir à la diligence Miss.


_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Sam 29 Oct - 0:11

Heu… Non ?

Pourquoi diable me pose-t-il cette question ? Pour savoir si une jeune, jolie et riche héritière est disponible ? Je sais bien que du haut de mes 25 ans, je n’intéresse plus. Mais quand même, sa question me parait un peu cavalière.

Ma mère est décédée j’étais très jeune et mon père ne s’en est jamais bien remis.

à la place, il s’est vautré dans les bas-fonds, et je ne sais pas exactement de quoi il retourne, mais ma grand-mère parlait sans cesse de flammes de l’enfer et de Sodome et Gomorrhe. D’autres personnes, qui fréquentaient davantage mon père, assuraient qu’il faisait des fêtes pleines d’originalité et d’exotisme. Ça faisait glousser et rougir les dames, alors je suppose que ça n’était pas forcément très séant. Mais bon. Je hausse des épaules.

Il vit à Boston et ne s’est jamais bien intéressé à moi. Uniquement à me trouver un bon mari.

ça m’arrache un rire sans grande joie et je vais payer mon achat du jour avec un billet de dix dollars qui semble couper le souffle au vendeur, sans que je comprenne pourquoi. Je me retrouve avec plein de monnaie et je laisse une pièce d’un dollar en pourboire. Il n’a rien fait mais je trouve ça plus poli.

Comme vous pouvez le constatez, il a lamentablement échoué. Comme Grand-Maman.

Inutile que j’évoque la disparition de mon fiancé. La guerre a emporté bien des hommes et mon cas n’est pas unique dans ce pays, loin de là. Moi, au moins, j’ai un avenir et surtout de l’argent pour être tranquille. D’autres se sont retrouvées dans de bien plus fâcheuses postures à cause de cette fichue guerre.

Alors que nous sortons, je tiens à le rassurer.

C’est juste pour la garde-robe. Pour tout ce qui est produits, nourritures, Mia, ma bonne, s’en chargera. Elle est très compétente et sait très bien se débrouiller. Avec deux boites de conserve, elle est capable de faire un festin de roi. Heureusement qu’elle a accepté de m’accompagner. Je ne sais même pas faire le café.

Je me mets à rire et reprend son bras pour le suivre. Je rougis. Je ne voulais pas qu’il croit que je m’invitais. Loin de là.

Oh je pensais voyager à côté de la diligence. Loin de moi de vouloir vous ralentir.

Et puis voyager deux jours, juste avec un homme, c’était totalement inconvenant. Imaginez notre équipée arrivant en ville. Qu’allaient croire les gens en nous voyant arriver.Bien sûr, je ne dis pas qu'il est questions de convenances. Il pourrait trouver ça insultant. Ses manières ont été parfaites même si un peu... Comment dire... elles manquent un peu de... Je ne sais pas. C'est sûrement les manières de l'ouest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Sam 29 Oct - 20:46

Quelle chance ! J'aurais bien aimé un père dans l'genre du votre.
Sauf pour le mari bien sur


Je lui fais un petit clin d'oeil complice, pas sur qu'elle comprenne la blague en fait.

Mais pour les robes, faut les commander aussi à l'épicerie. Enfin votre bonne vous expliquera ça.

Elle décline mon invitation à voyager et j'en suis soulagé. j'ôte mon chapeau et je m'incline dans une courbette comique qui veut imiter celle des gars de l'est.

C'est vous qui voyez Miss.
Mais je sais pas si le cocher de la diligence vous laissera faire. ça dépend des conducteurs.
Y a en qui aiment pas trop ça en disant que ça amène les em...bêtements.
Comme des indiens ou des hors-la-loi.
Oh vous inquiétez pas, la ligne est sécurisée à son maximum.
Enfin vous pouvez voir ça avec lui et vous décider après.


Elle voyage avec beaucoup d'argent la demoiselle, sans vraiment s'en cacher. Si quelqu'un savait, ça attirerait les convoitises. Je suis sur que Jack sera content d'apprendre ça ...

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?


Dernière édition par Samaël Black le Dim 30 Oct - 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Dim 30 Oct - 4:49

Je fais une moue. Personne ne voudrait vraiment d’un père comme le mien. Personne. Il suffit que je pense à notre dernière… rencontre pour être encore tétanisée par la peur. Je hausse les épaules concernant la question du mari. Je me résigne petit à petit. Je finirai vieille fille et j’aurais juste à savoir à qui ira mon héritage. Mes chats peut-être comme cette vieille excentrique l’a fait l’an passé. Un orphelinat peut-être. J’ose croire que j’ai quand même un peu de temps devant moi pour me décider.

Quant à commander des robes dans une épicerie, sous le choc, mon pied se prend dans une planche du ponton qui dépasse à peine, trébuchant à moitié. Quelle misère. Heureusement, une fois encore le bras de Monsieur Black me sauve du ridicule et je lui adresse un sourire de gratitude et d’excuses. Commander à l’épicerie. Quelle horreur. Seulement il est bien trop tard pour rester ici et faire faire sur mesure les robes nécessaires à une garde-robe attendue d’une jeune femme de l’ouest. Tant pis. La diligence ne m’attendra pas, pas plus que ma classe. Et 3 jours de diligence me laissent à penser que je n’aurais pas tellement envie de faire le chemin en sens inverse tant que le chemin de fer ne sera pas arrivé à Coloma City.
Autre point de déception. Apparemment les diligences n’aiment pas qu’on voyage avec. Mais enfin.


Monsieur Black, y a-t-il une seule chose, hormis la langue, qui soit commune à l’ouest et l’est de ce pays ? On ne peut pas se vêtir, traverser une rue, monter à cheval ou voyager de la même manière ? Est-ce donc si compliqué que ça ?

Surement que sur un autre ton, ça aurait paru snob mais ma question est sincère, mon inquiétude profonde. En peu de temps, cet homme vient de me révéler toute l’étendue de mon ignorance et je commence à penser que les avertissements de Mia sont fondés.
J’ai peur de souffrir d’un manque de choix, auquel je n’ai jamais été habitué. Peut-être aurais-je dû choisir une ville plus grande ? Enfin je dis ça mais je n’ai aucune idée de l’étendue de la ville de Coloma.

Soit. Je vais me fier à vos bons conseils Monsieur Black. De toute façon il est bien tard pour faire toutes les démarches nécessaires, à moins d’attendre la prochaine diligence. Je ferais donc mes prochains achats à Coloma. Où dois je prendre la diligence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Dim 30 Oct - 10:20

Ha mais vous pouvez monter à cheval Miss...
J'vous conseille même de vous en procurer un pour Coloma. De mon point d'vue, c'est le moment le plus confortable de voyager.
Pour la diligence, si vous graissez suffisamment la patte du cocher, je doute qu'il refuse au final.  Vous vous ferez vite aux usages de l'Ouest.

Enfin, vu son air effaré, j'en doute. Certaines personnes ne s'habituent jamais. Mais si elle cherche comme elle l'a dit la liberté, il est possible qu'elle se plaise ici. Et vu le peu de femmes dans la région, elle ne devrait pas manquer de prétendants. D'autant qu'elle est jolie avec ses cheveux flamboyants qu'on a envie de voir libérés de leur carquant d'épingles et son teint à couleur variable indicateur de son taux de gêne.

Venez. C'est par ici. Traversons.

Je pose ma main sur la sienne qui est accrochée à mon bras, caresse osée sans doute pour une ville de l'Est et qui fait pétiller mon regard d'un air de sale canaille. Je lui adresse un grand sourire, et ne lui laissantpas le temps de protester, je lui fais traverser une rue bondée ce qui demande toute son attention.

Le relais est là bas. Vous voyez ? La cahute verte aux lettrages jaunes. Vous pourrez y acheter vos billets si ce n'est déjà fait.  Il y a un départ pour Coloma chaque matin.
Comme j'disais, c'est une ligne régulière, vous n'avez rien à craindre.

_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016
Métier/Rôle : Institutrice
avatar

Violet Casey-Worden
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Mar 1 Nov - 4:04

J’opine à son idée. Je préfère le grand air, la météo est encore assez clémente pour voyager à cheval et rester enfermée dans une boite en bois, avec tant de promiscuité, alors que je viens d’enterrer Grand Maman n’est pas de très bon goût. Après ce n’est que mon avis et je ne doute pas que Mia y trouve à redire. Trop de liberté pour une jeune femme, ce n’est pas comme ça que je trouverai un bon mari, c’est inconvenant, etc. Elle-même ne monte pas à cheval et je crois qu’elle réprouve cette pratique. Néanmoins, ma décision est prise. J’ai de toute façon assez d’argent pour qu’on s’occupe de mon cheval dans un de ces … relais… ça va être tout à fait exotique même si je crains pour le confort et l’hygiène. Nous verrons bien. De toute façon, il est hors de question que je fasse demi-tour maintenant, c’est une question de fierté.
Grand Maman disait que je finirai par me montrer aussi têtue qu’elle. Ça me fait un peu peur.
Une question taraude quand même mon esprit. Monsieur Black évoque une pratique qui m’est totalement étrangère et j’ai beau la tourner et la retourner dans mon esprit, je ne vois absolument pas de quoi il en retourne.


Graisser la patte ? Que voulez-vous dire par là ?

Je fixe Monsieur Black dans une totale incompréhension. Quelle patte ? Et pourquoi voudrait-il donc de la graisse dessus ?

Est-ce là donc un rituel de l’ouest ?

Dans quel but ? Une marque de confiance ? Il revend cette graisse ? Non. Je ne comprends pas. Mais j’épargne Mr Black. J’évite les questions que j’aurais surement posées dans un salon à Boston. Quel type de graisse. Fournit-il la patte en question ? Je préfère, autant que possible, que les choses soient claires.
Par ailleurs, la façon qu’il a de me maintenir la main me fait passer à un teint rouge brique en une simple expiration d’air. Du coup j’épargne celui-ci en évitant de parler. Encore que. J’oublie d’en respirer, un peu choquée par tant de familiarité. Je… je… est ce là donc une façon de faire la cour dans ces contrées ? Non. Mon esprit s’emballe mais ce geste n’est, à Boston en tout cas, pas anodin et il me trouble affreusement. Je trouve ça un rien précipité pour être honnête même si je crois que mon cœur bat beaucoup trop vite. Je baisse le nez sur le sol dans l’espoir de cacher ma gêne.


Mia s’est occupée de tout pour notre transport. Alors je suppose qu’il ne me reste qu’à me procurer le cheval et la selle en amazone pour faire le voyage.

Je ne sais pas ce que je dois faire. Je suis un peu inquiète de la tournure des évènements. Il a des manières charmantes quoiqu’imparfaites. Il m’a l’air très gentil et attentionné. Et bien sûr, je pourrais le revoir à Coloma pour considérer son attention à mon égard. Mais… même si sa main sur la mienne n’a rien de déplaisant, il me semble préférable de m’écarter, sans chercher à l’éconduire.

Merci pour votre aide Monsieur Black. Je vous en sais sincèrement gré, croyez le bien.

Mes yeux vont et viennent. Ils remontent vers les siens et aussitôt, je sens mes joues qui s’enflamment et je les baisse de nouveau. C’est horriblement gênant. Je vois, dans mon champs de vision, Mia qui semble me chercher du regard. Ça doit faire une éternité que j’ai disparu et je pense que je suis bonne pour une leçon de morale en bonne et dûe forme, surtout si elle voit qui m’accompagne. C’est un peu… échevelé de m’être ainsi éloignée sans chaperon, je dois le reconnaitre.

J’espère avoir le plaisir de vous croiser de nouveau à Coloma.

je fais une courte inclinaison de la tête en guise de salut puis je tend la main pour un au revoir plus… Formel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 426
Date d'inscription : 11/10/2016
Age : 38
Né à : Portland
Métier/Rôle : Employé de la compagnie ferroviaire
avatar

Samaël Black
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   Mar 1 Nov - 20:10

Soyons honnête, je m'amuse comme un petit fou des mines effarouchées et étonnées de la bostienne. On dirait un oisillon tombé du nid, c'est charmant. Je n'ose imaginer ce qu'elle, elle imagine dans cette expression. Comme je suis un homme prévenant (on arrête de rire dans le fond de la classe) je m'efforce donc de lui expliquer

Graisser la patte, filer un pourboire, un "petit" quelque chose de convaincant, vous voyez quoi ?

Comem elle semble disposée à me souhaiter mon congé, j'ai un mouvement de torse comique qui se veut une révérence. Elle me tend une main blanche que je saisis pour un baise-main dont je ne maitrise absolument pas les règles. Mes lèvres effleurent sensuellement sa peau de rousse. Je relève la tête, croise son regard avant de lacher la petite menotte.

Au revoir Mademoiselle.
Il est probable que nous nous croisions à nouveau très vite.

Sur ces bonnes paroles, je laisse la demoiselle en sifflotant et part récupérer ma monture, ma brave Goldy, chez le maréchal ferrant où elle est en pension.



_________________
Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Terminus pour un nouveau départ [Violet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Terminus pour un nouveau départ [Violet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» Besoin d'un nouveau départ
» Un premier RP pour un nouveau départ à Terrae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild West :: La Conquête De L'Ouest :: Ailleurs :: Sacramento-
Sauter vers: